Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 19:01

DSC01814On peut penser ce que l’on veut du système France Loisirs, qu’ils « poussent » à l’achat, que c’est une contrainte etc…, j’avoue que je leur dois quand même un bon nombre de découvertes. Je ne trouve pas forcément mon bonheur à chaque trimestre et suis donc obligée d’y aller au hasard et c’est comme ça que je me suis retrouvée avec le premier roman de Philippe Djian entre les mains ( il faut dire que la couverture du livre n’y est pas pour rien dans mon choix ). C’est de retour à la maison, en faisant la ronde des avis sur le net, que j’ai commencé à craindre le pire. Beaucoup d’avis négatifs m’ont fait laissé le livre de côté pendant un certain temps. Mais la curiosité a pris le dessus et j’ai fini par l’ouvrir.

 

Bleu comme l’enfer est le récit d’une cavale, d’une chasse à l’homme à travers le désert américain.

Ned, un jeune trentenaire un peu paumé, doit livrer une Buick à certaines personnes apparemment peu recommandables. Mais il ne trouve rien de mieux, sur le trajet de livraison,  que de braquer un snack. Il embarque au passage un des clients et s’enfuit avec les flics aux trousses. Nos deux larrons se font finalement arrêter, la Buick est confisquée et les deux lascars emmenés par un des policiers, Franck. Mais ce dernier ne semble pas très respectueux des procédures et ramène ses prisonniers chez lui. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est qu’ils finiraient par s’enfuir embarquant au passage sa femme et sa fille ( de leur plein gré, il faut bien préciser). Le quatuor va tenter de récupérer la Buick mais Franck les prend en chasse.

 

Les cinquante premières pages ont été laborieuses et je me suis demandée si je n’allais pas abandonner. J’ai eu, en effet, un peu de mal avec le style cru et parfois vulgaire, les scènes de sexe. Mais malgré ça, j’ai persisté et j’ai bien fait.

Oui, le style de Philippe Djian est particulier. Il s’agit surtout d’un style oral où le lecteur a l’impression d’entendre les pensées des personnages rapportées telles quelles. Ce qui donne certains passages où de courtes phrases s’enchaînent sur plusieurs pages avec juste des virgules pour les séparer, entrecoupées aussi d’interjections, de jurons. De même avec les dialogues, qui commencent de façon classique au style direct avec passage à la ligne et chaque réplique bien marquée, puis Djian ne précise plus qui parle, le marquage disparaît, le saut à la ligne aussi, tout s’enchaîne et seule la logique permet de distinguer chaque réplique et qui en est l’auteur ( ça m’a rappelé un peu Cormac McCarthy ).

Alors même si c’est un peu difficile à la lecture, j’ai trouvé cette façon d’écrire géniale, ça rend le récit très vivant, très spontané, le lecteur est immergé et ne reste pas simple spectateur.

 

Ce qui peut gêner aussi, c’est le langage très cru, l’atmosphère assez malsaine pleine de violence, de sexe, de drogue et d’alcool. Les personnages sont tous des paumés, Franck est un alcoolique obsédé sexuel, sa femme Lili une grande consommatrice de joints. On les trouve plutôt antipathiques et pathétiques au premier abord mais on se rend vite compte que tout cela exprime un profond malaise et un grand mal de vivre. Tous ne parviennent pas à trouver leur place dans cette société des années 80 qui se trouve être déjà la société de consommation que nous connaissons. Et Djian parsème alors son récit de ses petites phrases qui semblent anodines mais qui en disent très long sur la vision des personnages ( et SA vison ?) de la vie et du monde qui les entoure, tout comme au détour d’une page, après une scène violente, on se surprend à lire quelques lignes pleines de poésie aussi incongrues et éphémères qu’une fleur sur un cactus. Certaines scènes et dialogues m’ont également beaucoup fait rire.

 

Philippe Djian retranscrit aussi à merveille l’ambiance de son récit. Il évoque beaucoup les sons et les couleurs, et cette chaleur accablante qui assomme les personnages tout au long de leur périple à travers le désert. On imagine les décors et on s’y croirait presque tellement Djian parvient à jouer avec nos sens. Les perceptions ont une grande place dans ce texte.

Un mot enfin sur l’intrigue elle-même : elle est passionnante. Le récit alterne entre les points de vue de nos quatre fugitifs et celui du chasseur. Le lecteur entre dans certaines confidences mais est aussi parfois bien surpris. J’ai été tenue en haleine tout au long de ma lecture, j’ai vraiment eu l’impression de partir en cavale avec eux, avide de savoir comment tout cela se terminerait même si on pressent, dès le début, que la fin sera tragique.

 

Pour un premier roman, Philippe Djian a vraiment fait fort. Bleu comme l’enfer est un chef d’œuvre construit brillamment, extrêmement bien ficelé, profond et écrit dans un style bien plus riche qu’il n’y paraît. Philippe Djian écrit avec ses tripes et j’adore ça. Le prochain que je lirai sera son très célèbre 37°2 le matin et j’espère y retrouver ce souffle rageur qui m’a transportée ici.

 

 

-         Oui, mec, c’qu’y a ?

-         Ho, je peux te parler, t’es pas trop raide ?

-         Mec, je suis raide, mais tu peux parler. J’entends super, t’es à côté de moi, ouais.

-         Bon, je me suis fait piquer la Buick.

-         Ouais, tu t’es fait piquer la Buick et moi je chie de l’héroïne pure ooouuoouuuaaaaaaaaaaaaa…

Ned écarta l’écouteur de son oreille, même comme ça le rire de Jimmy gardait un bon volume. Quand il se calma, il dit :

-         Ooouuu, je me suis pissé dessus. Terrible.

-         Jimmy, je déconne pas.

-         Hein ?

-         C’est les flics.

-         …

-         Hey, t’es toujours là ?

-         Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii…

-         Je sais, calme-toi.

-         …iiiiiiiiiiiiii…

-         Bon, écoute, je serai là dans la nuit. Je t’expliquerai…

-         OH….OH….OUI MON SALAUD….ARRIVE, OOHHH…JE SUIS MORT.

-         Tu n’es pas mort, tu me parles.

-         JE SUIS MORT, JE TE DIS !

-         Bon, j’aime mieux ça.

-         JE T’AVAIS DIT DE FAIRE GAFFE !

-         D’accord, tu l’avais dit. Ça change rien.

-         TU AS FAIT LE CON, J’EN SUIS SÛR ! OH DOUX JESUS !

-         J’arrive. Va t’allonger.

-         OH BON DIEU, MON CRÂNE VA EXPLOSER ET IL CROIT QUE JE VAIS POUVOIR M’ALLONGER… IL EST DINGUE !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nymou 08/03/2013 04:09

Je lis aussi le récit d'une chasse à l'homme à travers l'Amérique :-) pour ce qui est de l'auteur je ne connaissais de lui que 37.2le matin, jolie découverte donc grâce à ton billet,une claque pour
un bouquin qui a eu beaucoup d'avis négatifs, cela prouve encore une fois qu'il faut se fier à son instinct :-) j'ai senti de part ton écrit que tu t'es bien amusée, ravie pour toi, tu m'as donné
envie de l'offrir à mon homme, je pense que ça pourrait lui plaire. Merci

Aaliz 08/03/2013 11:48



Disons que Djian fait partie de ces auteurs auxquels on accroche ou pas du tout. Le langage vulgaire et les scènes de sexe très crues (et assez nombreuses) en rebutent plus d'un et je comprends
car ça a bien failli m'arrêter moi aussi. Mais ça aurait été franchement dommage car, comme tu le dis, j'ai vraiment passé un très bon moment. Si ton mari aime ce genre de littérature alors ça
devrait lui plaire.



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :