Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 01:54

la chambre des damesCe roman traînait dans ma bibliothèque depuis quelques années déjà. Pourtant j’ai une grande prédilection pour les romans historiques et je n’avais entendu que du bien au sujet de celui-ci. Mais quand bien même, il m’aura fallu l’occasion d’une lecture commune pour me décider enfin à l’ouvrir. Et je n’ai pas compris. Non, je n’ai pas compris pourquoi ce roman suscite autant l’engouement car, pour ma part, j’ai été plutôt déçue. Je déconseille donc à tous ceux qui ont adoré La Chambre des Dames de poursuivre la lecture de ce qui suit sous peine de brusques et désagréables hausses de tension nerveuse.

 

Nous voilà donc plongés au cœur du Moyen-Age sous le règne de Saint-Louis, nous entrons dans l’intimité d’une famille de la bourgeoisie parisienne : les Brunel. L’intrusion d’un jeune homme dans la vie de cette gentille honnête famille sans problèmes va bouleverser ce gentil petit monde.

 

Je me suis profondément ennuyée pendant une grande partie du livre, au moins la moitié. J’ai trouvé l’intrigue inconsistante et insipide. Elle se résume à des histoires de coucheries sans grand intérêt mettant en scène une famille dont la mère est obnubilée par le sexe ( son pauvre mari ne peut plus assumer son devoir conjugal, sait-il seulement, le malheureux, qu’il y a tout de même quantité de façons de donner du plaisir à sa femme ? ), la fille aînée se marie avec un gentil poète qu’elle trompera avec le cousin de ce dernier, la fille cadette se fait agressée, violée et séquestrée par un vilain méchant grossier personnage etc… etc…

J’ai donc eu du mal à m’attacher aux personnages. La mère avec ses airs de nymphomane me faisait rire tellement elle était ridicule, la fille aînée ne semble pas savoir ce qu’elle veut et le pire de tous : Guillaume, celui par qui le malheur arrive, que j’avais en horreur. Personnellement, je rencontre un type comme ça dans la vraie vie, je fuis en courant ! Mais ici non, toutes ces dames se pâment devant ce type têtu, violent et qui mériterait bien quelques séances chez un psy.

Cependant, l’auteur en fait l’incarnation même de la tentation et de la passion par opposition au mari vertueux, cette passion que Florie devra combattre se demandant s’il s’agit de passion amoureuse ou de simple tentation de la chair.

 

La plupart des rebondissements sont largement téléphonés même si on a quand même quelques surprises de temps à autre. Ça s’arrange un peu dans la seconde moitié qui a un peu plus éveillé mon intérêt et ma curiosité.

Mais dans l’ensemble, j’ai trouvé le tout niais et peu crédible. Tout tourne autour des histoires de tromperies alors qu’il y avait largement matière à donner un peu plus d’intérêt à tout ça, en exploitant un peu mieux par exemple la séquestration de Clarence et la poursuite de son agresseur (traitée trop rapidement à mon goût ), ou encore en ajoutant une intrigue annexe basée sur la profession du père ( qui est orfèvre et répond souvent à des commandes royales), ou encore en narrant les aventures du frère aîné parti en croisade.

 

Alors certes, cela a déjà été salué, l’auteur maîtrise parfaitement le cadre historique de son histoire et retranscrit à merveille l’atmosphère, les coutumes de l’époque. Mais malheureusement, cela est desservi par un style que j’ai trouvé indigeste. Jeanne Bourin adore les accumulations, elle nous en sort à chaque page. J’ai eu parfois l’impression de lire des inventaires. Lorsqu’elle décrit un jardin, on se croirait en train de feuilleter un catalogue horticole.

 

Quelques exemples :

 

« Les bruits de la maison dont on distinguait la façade au-delà des massifs de lauriers, de buis, d’aubépines, de fougères, disposés de façon à composer un rideau de verdure isolant le jardin des mouvements de la demeure, les échos du souper qu’on préparait à la cuisine, les voix de Jeanne et de Marie jouant auprès de leur nourrice, dans le verger voisin où elles passaient le plus clair de leur temps, les aboiements des lévriers, les cliquetis, les hennissements dont retentissaient les écuries, tissaient autour de Mathilde une rumeur éparse, familière qui l’enveloppait d’une présence rassurante. »

 

« Ils étaient une centaine, partis quatre jours plus tôt de Paris, à pied, à cheval, à dos d’âne ou de mulet, qui cheminaient ainsi vers le tombeau de Saint-Martin pour implorer un miracle, accomplir un vœu, ou rendre grâce d’un bienfait. Ils avaient déjà vu se succéder le soleil, la pluie, les brumes du matin, les crépuscules fauves, la tiède chaleur des derniers jours d’automne précédée et suivie de l’aigre haleine des aubes et des soirs. »

 

Mais stop ! Stop ! C’est lourd ! C’est trop ! Pitié !

Est-il vraiment nécessaire de faire aller verbes, noms, adjectifs par deux voire plus ? Craignent-ils donc la solitude ?

 

En plus de ça, l’auteur a la maladresse de placer dans ses dialogues des informations qui n’ont rien à y faire, ce qui rend ces dialogues lourds et absolument pas naturels.

 

Je suis quand même parvenue à aller au bout de ma lecture par curiosité mais je renonce à lire le deuxième tome. J’ai lu trop de bons romans historiques qui m’ont vraiment enthousiasmée pour pouvoir apprécier celui-ci malgré sa rigueur historique.

 

Les avis de : A-Little-Bit-Dramatic, Parthenia, jelydragon

Partager cet article

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Anaïka 26/05/2014 12:22

Bonjour,
Je me souviens d'avoir jadis "dévoré" ce roman, pour moi passionnant et bien écrit, et qui, du reste, a obtenu en son temps un immense succès (j'avais aussi apprécié son adaptation en feuilleton
pour la télévision, alors que je regarde peu les feuilletons).
On peut donc être lu avec plaisir et des louanges par une foule de gens et être dénigré cruellement par quelques-uns (minorité "forte" ou non…). Voilà qui me met du baume au cœur, adoucit ma triste
expérience…
Rien à voir avec ce roman de Jeanne, mais j'ai écrit moi-même, en effet, voici quelque temps un petit texte "sans prétention", mais cependant important pour moi, où j'ai mis beaucoup de moi, en
m'appliquant, en me relisant et me corrigeant souvent,soucieuse que ce soit avant tout intéressant, clair et agréable à lire. Quand le résultat de mes efforts m'a paru convenable, j'ai osé le faire
connaître à quelques personnes de mon entourage, le partager(je n'ai jamais eu l'intention de le faire éditer !). Or si certaines m'ont paru sincères en me disant que c'était bien fait, bien écrit,
bien composé, que je "pouvais le montrer sans crainte", d'autres, au contraire (qui, hélas, m'ont paru sincères aussi), m'ont carrément déclaré qu'elles trouvaient ça lourd, ennuyeux, parfois
incompréhensible, allant jusqu'à en réécrire à ma place certains passages ! J'avoue que j'ai oublié les compliments des premières pour m'effondrer après ces réactions négatives.
Pourtant, lorsque je lis les vôtres au sujet de l'ouvrage de Jeanne Bourin et que j'évoque son succès à sa parution (et depuis), je me dis qu'on ne peut tout simplement pas plaire à tout le monde
(en littérature comme en d'autres domaines !), qu'on peut en enchanter un grand nombre, et être mis plus bas que terre par d'autres. Cela me console. Je pense que mon petit texte (qui est un peu
mon enfant, si petit soit-il… un tout petit enfant, donc, mais bon…)ne peut pas non plus être nul pour tout le monde, rejeté par tout le monde.
très humblement, merci à vous pour cette démonstration (involontaire) et merci à Jeanne Bourin !

Aaliz 27/05/2014 11:17



Bonjour Anaïka


Effectivement, tous les goûts sont dans la nature et heureusement ! Plaire à tout le monde est impossible, d'où l'extrême variété de genres et de lecteurs. C'est une chance finalement car c'est
dans la diversité qu'on trouve la richesse. Si l'on avait tous les mêmes goûts, ce serait terriblement triste et monotone.



Marie 01/02/2013 19:59

C'est pas jeune. :-)
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chambre_des_dames_(feuilleton)

Aaliz 02/02/2013 12:39



Ah effectivement ! Heureusement j'étais trop petite et j'y ai échappé ! 



Lilly 29/01/2013 11:04

Au moins ça a le mérite d'être clair: beurk.
Et ça m'arrange, une déception de moins qui traîne dans ma PAL. Merci pour ton avis décapant mais utile. J'adore. ^^

Aaliz 29/01/2013 11:48



Contente de t'avoir fait gagner du temps ... et de la place dans ta PAL ! ^^ Surtout qu'il y a bien d'autres romans historiques qui en valent la peine, eux !



Missycornish 28/01/2013 23:57

Tu m'as fait sourire à la lecture, c'est noté je passe sur ce livre, les extraits montrent qu'elle a un style bien lourd. Non cela ne me donne pas du tout envie. Moi je lis La légende de Bloodsmoor
et c'est plein de redondances, cela m'ennuie, ça soupire à chaque coin de page, les femmes passent leur temps à s'évanouir pour rien et il y a des scènes tellement gnagnans que j'ai honte pour les
personnages, je trouve les héroïnes superficielles et fadasses. J'ai envie de leur coller des claques, et encore si il y avait au moins des histoires d'amours concrètes, un peu d'action que diable!
Non c'est mouuuuu! J'en peux plus! Bises

Aaliz 29/01/2013 11:45



 Ah bah toi aussi tu m'auras fait sourire avec ton commentaire :) Les personnages gnangnan sont la plaie de la
littérature ! ^^ Tiens, je viens de finir La Foire aux vanités et même si j'ai adoré, bah il y a quand même un personnage ( une femme ... toujours ... ) qui m'a agacé par ses
pleurnicheries et sa naïveté. C'est tellement poussé à l'extrême que ça n'en est même plus touchant ( mais en revanche ça devient risible et je pense que c'était le but de Thackeray ici ).


Alors comme ça, même Oates fait dans le personnage gnangnan ? Alors là je suis déçue d'elle. Bon, en tout cas, j'éviterai le titre que tu cites ;)


Bises !



Marie 28/01/2013 16:10

Je n'avais pas envie de le lire, le peu dont je me souvenais de la série télévisée ne m'ayant pas inspirée. Ca confirme.

Aaliz 29/01/2013 11:39



Ils en ont fait une série ? Les feux de l'amour non ?  Je plaisante ... quoique ... Non, même dans Les feux de
l'amour, les intrigues sont plus variées ( oui j'avoue j'ai déjà regardé  )



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :