Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 02:48

les liaisonsRésumé :

 

La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l’apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d’une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s’est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny.

 

Mon avis :

 

Je connaissais certes déjà l’histoire de ces liaisons dangereuses pour en avoir vu l’adaptation ciné version classique de Frears et celle plus moderne « Sexe intentions ». Toutefois, je ne me souvenais plus trop des détails ni de la fin. La lecture de l’œuvre originale aura comblé ces lacunes.

 

J’ai eu du mal pendant la première moitié du livre. J’ai trouvé que c’était long à se mettre en place même si c’était nécessaire, et de plus, certaines lettres m’ont ennuyée et agacée. Je pense à celles que s’échangent Valmont et Mme de Tourvel.

Heureusement, tout s’accélère dans la deuxième moitié pour finir en apothéose ce qui me fait ressortir de cette lecture avec un seul mot à la bouche : Grandiose !

 

XVIIIème siècle oblige, j’ai adoré le style. Voilà la belle langue française dans toute sa splendeur. Le talent de Laclos a été en plus de savoir varier les tons en fonction de ses personnages. On reconnaît aisément le style léger et naïf de Cécile, celui incisif et sûr de lui-même de la Marquise, celui vaniteux et exagéré de Valmont etc… Laclos est ainsi parvenu à faire ressortir la personnalité de chacun à travers ces lettres avec tant de réalisme que je ne m’étonne pas qu’à l’époque on ait pu croire qu’elles étaient véridiques.

 

J’ai donc trouvé tous les personnages très crédibles et intéressants. Mais je dois quand même reconnaître que l’intérêt principal de cette œuvre réside, selon moi, principalement dans l’histoire entre Valmont et la Présidente de Tourvel ou, en tout cas, c’est cette relation qui a le plus attiré mon attention.

J’avoue que je n’ai pas su quoi penser de Valmont. Je l’ai haï et admiré à la fois. Son histoire avec la Présidente m’a toute retournée. Il m’a mis le doute sans arrêt, ses lettres à la Présidente  me paraissaient parfois exagérées et pas naturelles (d’où parfois mon agacement), mais ce qu’il disait après à la Marquise me faisait vraiment douter ( tout comme elle d’ailleurs). Mme de Tourvel m’a parfois énervée, elle savait pourtant à qui elle avait à faire mais ses sentiments ont été les plus forts.

Bref j’ai été très touchée par cette relation d’amour destructrice, par cette force de l’amour qu’on sent dans les lettres de la Présidente où elle essaie de lutter entre cœur et raison.

La fin m’a bien entendu bouleversée et m’a fait penser à cette pièce de Musset : « on ne badine pas avec l’amour » dont je trouve le titre tout à fait approprié ici aussi.

 

La Marquise de Merteuil est elle aussi très intéressante. Elle brille par son intelligence, son machiavélisme et ses talents de manipulatrice. C’est une femme qui a réussi à s’affranchir du statut que son sexe lui réservait. Elle a une très forte personnalité et réussit vraiment à en imposer. Malgré son côté exécrable, je ne peux pas m’empêcher de l’admirer un peu.

Néanmoins, j’ai réellement jubilé lorsque Valmont, tout aussi intelligent et manipulateur qu’elle, la prend en défaut et se retourne contre elle.

 

Je ne m’attarderai pas sur les autres personnages qui, selon moi, n’existent que pour servir le « trio de tête » et qui finissent en « dommages collatéraux ». Je déplore seulement l’absence de figures masculines de type paternelle. Il y a beaucoup de femmes dans ce roman, les maris sont à la guerre ou morts, ce qui fait qu’en dehors de Valmont et de jeunes « étourneaux », la gente masculine est assez mal représentée.

De la main de l’auteur lui-même, cette œuvre servirait d’avertissement et de leçon aux jeunes femmes, un peu à l’image du célèbre conte de Charles Perrault « Le petit chaperon rouge » où je verrais bien la Présidente et Cécile dans le rôle du chaperon, la Marquise et Valmont dans le rôle du vilain méchant loup et enfin Mme de Volanges et Mme de Rosemonde dans le rôle de la Mère-grand.

Il fallait donc que survivre dans ce milieu soit bien difficile pour que des auteurs ressentent le besoin de prendre la plume pour mettre ainsi en garde les demoiselles.

 

Car plus qu’une œuvre de fiction, Les Liaisons dangereuses sont aussi un parfait témoignage des mœurs de la haute société de l’époque, de l’éducation au couvent des jeunes demoiselles qui les laisse dans l’ignorance du monde extérieur qu’elles auront à affronter, du dévouement sans scrupules des domestiques jusqu’aux soirées libertines, Laclos nous dévoile l’envers caché du décor. Derrière les courbettes de façade, ce sont souvent médisances et manipulations, il est si facile de briser une réputation. Au cours de ma lecture, j’ai beaucoup pensé au film de Patrice Leconte « Ridicule » qui montre, lui aussi, la perversité et la sournoiserie de ce milieu.

N’est pas or tout ce qui brille.

 

Enfin, Les Liaisons dangereuses sont aussi une étude sur l’amour et le couple, on y trouve des réflexions sur les différents types de relation, les mariages arrangés, les véritables passions amoureuses, les relations libertines. J’ai beaucoup aimé la lettre de la Marquise de Merteuil dans laquelle elle raconte son parcours, y expose ses vues et sa conception de l’amour et où elle prône l’hédonisme. Elle refuse le carcan que la société de l’époque lui impose et décide de jouir librement de sa vie et de son corps. Elle rejette aussi l’emprise que peuvent exercer les hommes sur les femmes à travers l’amour. J’ai beau ne pas être d’accord, j’ai pourtant trouvé ses arguments très justes et compréhensibles.

De même, j’ai aimé le dilemme qui s’est posé à Mme de Volanges au sujet de sa fille. Devait-elle la laisser vivre son amour avec les risques que cela comporte ou lui assurer une situation ? Le sort de la Présidente illustre la réponse.

Mais pour ma part, je préfère prendre le risque de finir comme elle…

 

L'avis de : Nefertari

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ellen-R 13/12/2012 16:19

J'ai adoré cette critique. Très sincèrement, vous avez su décrire avec justesse et simplicité tous les aspects qui foisonnent dans ce chef-d'oeuvre, ainsi que le caractère des personnages. Encore
bravo.

Aaliz 13/12/2012 20:45



Merci beaucoup Ellen pour votre message très sympathique et encourageant ! 



PetiteMarie 03/09/2012 13:33

Encore désolée du retard mais contente d'avoir fait partie de cette LC !
Ce que j'ai un peu peur avec ce roman, c'est qu'il donne une fausse image des moeurs de l'époque... Bien sûr, il y avait des libertins mais je ne pense pas qu'ils composaient la majorité... Et
j'espère vraiment que des personnes comme Merteuil n'existent pas et n'ont jamais existé ! lol
Comme toi, j'ai été touchée par Mme de Volanges qui hésite à laisser à sa fille, le choix de son époux ! C'est tellement rare pour l'époque !
Et comme toi, j'ai aussi remarqué l'absence d'hommes, de pères, ... Par exemple, M de Tourvel n'apparaît pas vraiment alors qu'il aurait pu s'étonner des déplacements de sa femme et surtout il la
laisse seule durant sa "maladie"...

Aaliz 07/09/2012 10:48



C'est pas grave pour le retard, l'essentiel est de participer !


Malheureusement, ce roman ne donne pas une fausse image des moeurs de l'époque, c'est d'ailleurs pour mettre en garde les jeunes filles qu'il a été écrit, tout comme "Le petit chaperon rouge". Et
malheureusement aussi, des personnes comme Merteuil ont existé mais existent encore et existeront toujours. C'est triste mais il y a vraiment des gens qui prennent du plaisir à faire du mal,
c'est comme ça ...



Echappee-litteraire 31/08/2012 21:58

J'ai adorer ce roman, ça a été pour moi un véritable coup de coeur ! Je l'ai étudié cette année en cours, et j'ai encore plus aimé le livre !
L'écriture de Laclos est une pure merveille ! Chaque personnage se différencie de part le vocabulaire, le style et j'ai vraiment trouver ça génial !

Aaliz 31/08/2012 22:28



J'aurais adoré l'étudier en classe, je pense que j'ai du louper pas mal de détails à le lire toute seule dans mon coin.


C'est dommage que Laclos n'ait écrit que celui-là 



Nefertari 27/08/2012 20:58

Effectivement, on est plutôt sur la même longueur d'onde concernant cette lecture commune. J'ai eu comme toi la même lassitude par rapport à la correspondance Valmont et Tourvelle, mon plus gros
souci était de lire entre les lignes de la deuxième. Je n'y voyais pas les nuances décrites par Valmont. En tout cas, merci pour cette LC ! Depuis le temps que je voulais le lire, j'en suis ravie !

Aaliz 28/08/2012 11:03



Je suis très contente que tu aies aimé !  


En revanche, je suis très déçue du peu de participation à la LC, il n'y a que ton billet et le mien qui ont été publiés, moi qui voulais lancer une discussion, c'est raté ! 


J'ai ajouté le lien vers ton avis :)



Piplo 26/08/2012 08:27

Les manipulations de Vermeuil et Valmont ne m'ont pas génées car elles sont revendiquées mais les autres lettres m'ont paru insupportables tant elles sont pleines de bonne morale et de mauvaises
intentions! (ma critique si tu veux: http://partagedelectures.blogspot.fr/2012/07/les-liaisons-dangereuses.html)

Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :