Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 00:20

Monades-Urbaines4ème de couverture :

 

En l'an 2381, la Terre porte soixante-dix milliards d'êtres humains dont la devise est : Croissez et multipliez. Ils habitent des tours de mille étages, les monades urbaines, et jouissent d'une totale liberté sexuelle. Ils ne quittent jamais leurs villes verticales et explorent rarement un autre étage que le leur. Ils vivent l'utopie, la promiscuité, le bonheur.

Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté.

 Micael, l'électronicien, rêve pourtant de la Terre du passé, de l'océan, de la nature qu'il a découverts à travers un film vieux d'un siècle. Il fuit.

Et Jason, l'historien, armé par son savoir contre tous les tabous anciens, redécouvre de son côté un sentiment proscrit, la jalousie.

Les monades urbaines constitue le chef-d'oeuvre incontesté de Robert Silverberg, l'un des plus célèbres et des plus féconds des écrivains américains de science-fiction. Il y peint dans le moindre détail un monde de l'avenir, séduisant, terrifiant, vraisemblable.

 

 

Mon avis :

 

Silverberg a imaginé pour nous une solution à la surpopulation de notre planète : exploiter la 3ème dimension de l’espace : la verticalité.

Cette solution, on en voit déjà quelques ébauches à notre époque actuelle mais Silverberg va beaucoup plus loin. Toute la population est entassée dans d’immenses tours de 3 kms de hauteur et pouvant contenir plus de 800 000 personnes, 1000 étages répartis en cités portant le nom de villes de l’ancien monde. Chaque cité correspond à une catégorie socio-professionnelle précise. Les tours sont autonomes en énergie et sont pourvues de tous les équipements nécessaires à la vie sociale : logements, usines, salles de sport, de concert, écoles, cabinets médicaux etc…

Mais pour ceux qui, comme moi, connaissent la vie en appartement, on sait que vivre ainsi dans une certaine promiscuité engendre quelques tensions. Pour les hommes de 2381, ces tensions ne sont pas tolérables car néfastes à la fécondité et à l’accroissement de la population. Il faut donc éviter au maximum toutes sources de conflits, de frustration ou de mécontentement. Et c’est tout un mode de vie, toute une culture qu’imagine Silverberg, avec ces codes, ces mœurs et quiconque ose les remettre en question ou s’en écarter est impitoyablement condamné à mort.

 

Le roman se découpe en plusieurs chapitres consacré chacun à un personnage en particulier. On les suit dans leur vie, dans leur intimité et on découvre à travers eux cette mentalité et ces mœurs qui nous semblent totalement incroyables mais qui, pour ces hommes de 2381, sont tout à fait naturelles.

Bien que dans les premiers chapitres, tout semble aller parfaitement, les personnages nous paraissent heureux et satisfaits de cette vie urbaine particulière mais peu à peu, au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture, certains doutent et se découvrent des traits de caractère et des ambitions en contradiction avec ce mode de vie qu’ils connaissent pourtant depuis leur naissance et qu’ils pensaient avoir accepté.

De là la question que se pose Jason, l’historien. Ce changement de culture fonctionne-t-il parce que lié à un conditionnement psychologique ou a-t-il été, au fil des siècles, inscrit dans les gènes ? Les remises en question de certains des personnages semblent répondre à la question. Jalousie et rêve d’évasion hantent les esprits de certains qui vont jusqu’à oser sortir de la tour pour partir à la découverte du monde extérieur.

Dehors, Micael croise ceux à qui a été confiée la tâche de produire la nourriture des citadins. Leur mode de vie se rapproche du nôtre et Micael est confronté au choc des cultures.

 

J’ai été totalement bluffée par l’imagination de Silverberg, inventer une nouvelle civilisation d’où est bannie la propriété sous toutes ses formes, où on ne se pense plus en tant qu’individu à part entière mais comme partie intégrante d’un tout, où personne ne souffre de froid ni de faim malgré une population de plus de 70 milliards, où la criminalité a totalement disparu, cela semble être le paradis, LA solution idéale à tous les maux que connaît notre société actuelle.

Mais pourtant sous couvert d’utopie hippie ( contexte d’écriture oblige) bien visible à travers des concepts comme la liberté sexuelle, l’usage de drogues et l’absence de toute propriété, il n’empêche que persistent, dans cette nouvelle société, la sempiternelle lutte des classes entre classes inférieures logées en bas de la tour et classes dirigeantes logées au sommet, et avec elle, ambitions professionnelles, volonté d’ascension sociale et souci du paraître. L’individualisme n’est pas complètement mort.

Mais sommes-nous capables de vivre dans ces conditions ? Peut-on museler ce qui fait partie intégrante de notre humanité au profit de la vie en société ? Inversement, comment concilier les deux ? Voilà des questions parmi tant d’autres que soulève ce roman, un roman intemporel bien qu’écrit en 1971 et qui restera longtemps d’actualité.

 

J’avoue avoir englouti ce récit en quelques heures, bien que certains chapitres soient moins passionnants que d’autres ( j’ai sauté des lignes notamment dans celui concernant le musicien qui, à mon avis, n’apporte pas grand chose à l’ensemble excepté peut-être de montrer le mépris que peuvent ressentir les classes sociales entre elles). Après L’homme programmé, je suis à nouveau conquise par cet auteur. Heureusement pour moi, il a une bibliographie bien fournie, de quoi me régaler encore pendant un bon moment.

 

logochalengesfff21

 

 

 

 

 

Cette lecture compte pour le challenge SFFF de Snow

Partager cet article

Repost 0
Published by Aaliz - dans Science-Fiction
commenter cet article

commentaires

Anaterya 16/04/2014 22:07

Un des classiques de la dystopie que j'ai également dévoré en quelques heures tant il est passionnant (et au contraire de toi j'ai beaucoup aimé le chapitre avec le musicien car il montre comment
certains s'échappent de la réalité sans pour autant devenir des déviants réprimés par la société).
Une information que j'ai apprise après ma lecture mais qui éclaire bien la structure du livre, c'est qu'il a été publié en feuilleton dans un magasine pour ensuite être compilé, chaque chapitre
correspondant à un numéro.

Joanna 24/06/2012 18:10

Je ne lis pas de science-fiction, en fait c'est un genre avec lequel je ne suis pas franchement à l'aise. Mais ton avis m'a vraiment convaincue. Je vais voir si je peux me procurer ce roman par
Pochetroc ou d'occaz'.
Bisous

Aaliz 09/07/2012 20:48



Tu sais la science-fiction est un genre finalement très varié et très riche, on trouve de tout. J'espère que ce roman te plaira et te réconciliera avec le genre :)


Bisous ma nana !



BenoitD67 20/06/2012 09:54

Belle chronique sur un monument de la S-F.
J'avais aussi bien aimé les monades urbaines et sa réflexion très juste sur l'individualisme, la lutte des classes, la liberté ou non...
A bientôt et bonne continuation.

Aaliz 21/06/2012 21:21



Merci Benoît :)


Je vais devenir accro à la SF si ça continue, aucune déception pour l'instant. Pourvu que ça dure !


A bientôt :)



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :