Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 14:35

MalarrosaQuatrième de couverture :

 

Elle devait s’appeler Malvarrosa mais, à cause d’une erreur de l’officier de l’état civil ou parce que son écervelé de père était trop soûl en allant la déclarer, elle finit par s’appeler Malarrosa.
Cette petite fille marquée par le destin dès sa naissance accompagne son père dans les bouges où se déroulent ses parties de cartes et parcourt avec lui les hameaux environnants au gré des rencontres pugilistiques entre Oliverio Trébol et les “champions” locaux.
Elle vit au milieu de personnages hauts en couleur, campés avec une truculence toujours teintée de tendresse : Saladino, père irresponsable et joueur poursuivi par la guigne, Oliverio Trébol dit Tristesburnes, le gros bras au cœur tendre, sans oublier Isolina del Carmen Orozco Valverde, l’institutrice d’âge canonique qui ne désespère pas de ramener tout ce beau monde dans le droit chemin.
Au fil des mois, ses vêtements masculins ne peuvent plus dissimuler les rondeurs naissantes de Malarrosa. Alors, avec une lucidité et une détermination extraordinaires, ce sera elle qui, pour la première fois, décidera de son destin.
Fidèle à sa vocation de chantre du désert et de l’épopée du salpêtre, Hernán Rivera Letelier a choisi pour toile de fond l’agonie de Yungay, un de ces innombrables villages du Nord qui ont disparu comme autant de mirages.

 

Mon avis :

 

Avec Malarrosa de Hernan Rivera Letelier, on plonge au cœur des villages miniers du désert d’Atacama au Chili riche en salpêtre.

Le salpêtre entre dans la composition de la poudre et des explosifs, abondamment utilisé au XIXème et au début du XXème, son emploi se fait plus rare au lendemain de la première guerre. La chute de la demande en salpêtre conduisent à la fermeture progressive des mines et parallèlement à la disparition et l’abandon des communes ouvrières.

On découvre dans ce roman la vie difficile des ouvriers des mines de salpêtre, on assiste à la vie puis à la mort d’un de ces villages miniers, victime des contraintes naturelles extrêmes et du cours de l’Histoire.

On accompagne ainsi Malarrosa, fille d’un de ces ouvriers victime de la fermeture de sa mine. Privée de mère, elle suit son père dans les bordels où ce dernier ne pense qu’à jouer le peu d’économies qu’ils ont et à assister à des combats de boxe clandestins.

Je pensais lire le récit de la vie entière de Malarrosa mais le roman se cantonne à la période de ses 13 ans avec quelques évocations de son enfance. Le reste de sa vie n’est que superficiellement évoqué (présenté sous forme de simples rumeurs) dans le tout dernier chapitre (qui ne fait qu’une page).

J’ai donc été déçue, je m’attendais à autre chose. En fait, il ne se passe pas grand chose dans ce roman, les évènements sont relativement insignifiants (d’un autre côté, comment pourrait-il en être autrement au fin fond du désert ?) et j’ai parfois eu l’impression de me retrouver en plein western. Tous les éléments rappelant le western sont réunis : le désert, le bordel qui évoque le saloon où on joue au poker, où ceux qui gagnent trop se font descendre, où les filles se déhanchent avec leur boa en plumes, le policier du village qui évoque le sheriff, sans oublier le croque-mort fidèle à sa caricature : vêtu de noir, aux allures de vautour etc…

L’auteur nous présente également un aperçu de la politique du pays à l’époque, il dénonce les épisodes très durs des massacres des ouvriers de San Gregorio qui avaient voulu se révolter contre la fermeture de leur mine et les exactions commises par l’armée et approuvées par les dirigeants au pouvoir.

 

Le roman est trop court pour qu’on puisse s’attacher aux personnages malgré les figures sympathiques de Oliverio Trebol et Morgano, et j’ai trouvé ça dommage. L’histoire en elle-même m’a paru trop fade pour m’émouvoir et, malgré le nombre restreint de pages, j’ai eu beaucoup de difficulté à avancer dans ma lecture. Je lisais une dizaine de lignes et reposais le livre. Ma lecture s’est donc étalée sur plus d’une semaine alors qu’elle n’aurait du me prendre qu’à peine 2 jours. Le style est pourtant simple, le langage courant. J’ai apprécié les passages descriptifs sur le soleil et son ardeur, sur le vent et le désert. J’ai trouvé ces passages très bien écrits, avec de jolies métaphores, l’ensemble est assez poétique. Les oiseaux sont un élément récurrent tout au long du récit. Tout comme les oiseaux dans leur cage, les hommes sont prisonniers du désert :

« Voilà ce que le désert était pour eux - et pour tous - une sorte de prison ouverte. »

La figure du mirage revient souvent aussi symbolisant la disparition prochaine du village.

Au final, une lecture qui ne m’a pas forcément déplu, j’ai beaucoup apprécié certains passages …trop rares hélas, mais je ne l’ai pas trouvée exaltante non plus.

Je souligne enfin que l’objet livre en lui-même est très beau avec une magnifique couverture ( tout comme Malarrosa j’adore aussi les oiseaux).

 

http://newsbook.fr/wp-content/uploads/2011/04/Logo-Partenariats-News-Book.png

 

Je remercie le site Newsbook et les Editions Métailié de m’avoir offert ce partenariat.

 

 

 

Cette lecture entre dans le cadre du challenge international de misss-bouquins (7ème escale).

 

D'autres avis sur ce livre chez : Ellcrys, Nina, Poisonauchocolat

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Poison au chocolat 04/09/2011 22:11


^^
je vois que tu l'as reçu aussi finalement!
J'ai été super déçue aussi! J'ai du me motiver pour le terminer! ça me rassure de ne pas être la seule... ;-)


Aaliz 05/09/2011 10:02



Oui j'ai lu ton billet, on a eu à peu près le même ressenti. J'ai lu le billet des autres blogueuses du partenariat et ce sentiment mitigé semble général même si Ellcrys a apparemment bien aimé
quand même.


 



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :