Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:11

noir négoce4ème de couverture :

 

Bercé par les récits des voyages de Bougainville, Jean-Baptiste Clertant vit à dix-huit ans un rêve éveillé : diplômé de la prestigieuse Ecole d’hydrographie du Havre, il s’apprête à embarquer pour la Guadeloupe comme second lieutenant à bord de l’Orion.

La traversée, qu’il espère formatrice et riche d’expériences, va faire grandir le jeune homme au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer. Car le deux-mâts qui l’accueille est un navire négrier. Et obéir aux ordres devient vite un cauchemar lorsqu’il faut côtoyer l’horreur.

 

Mon avis :

 

Il y a des romans qui vous marquent à vie par leur sujet, leur style et les émotions qu’ils vous procurent. Noir négoce est de ceux-là et je ressors de ma lecture totalement bouleversée.

Le sujet est dur, épineux et prête à polémique : la traite négrière.

A travers les yeux de Jean-Baptiste, Olivier Merle vous fait vivre le quotidien à bord d’un navire négrier, de son départ de France jusqu’en Afrique où il se procure sa « cargaison » puis vers la Guadeloupe, lieu de vente des esclaves contre des marchandises diverses avant le retour en France.

 

En embarquant à bord de l’Orion, le jeune homme ignore totalement la nature réelle du commerce auquel il va participer contre son gré mais contre lequel il va aussi se révolter. Peu à peu, le voile se lève et Jean-Baptiste prend conscience de l’infamie qui se déroule sous ses yeux. Parmi l’équipage, il trouvera des alliés mais aussi de fervents défenseurs du système esclavagiste. Olivier Merle résume dans la bouche de ses personnages les principaux arguments utilisés par les défenseurs de la traite et de l’esclavage de l’époque mais exprime aussi le point de vue de ses opposants. Cette bataille d’arguments ne peut laisser le lecteur de marbre et l’amène fortement à réfléchir sur le sujet. La solide documentation sur laquelle s’est appuyé Olivier Merle pour l’écriture de son roman le rend extrêmement riche d’enseignements. Tout est détaillé et rien n’est oublié : le contexte géopolitique de l’époque avec la concurrence à laquelle se livraient les pays européens pour le marché des esclaves, les descriptions de la présence coloniale sur place qui, en fait, ne tenait qu’à de petits forts incapables de se défendre et qui passaient de main en main, les modalités des tractations commerciales et des négociations entre le capitaine négrier et les représentants locaux, bien entendu les détails liés au transport des esclaves à bord du navire, les détails de leur vente, et enfin l’analyse de la société guadeloupéenne de l’époque, le tout appuyé des extraits des réglementations en vigueur à l’époque ( Code Noir etc…).

 

Ecrit à la première personne du singulier, ce roman implique son lecteur et le prend à témoin. Et non seulement l’auteur a travaillé le côté historique de son intrigue avec une grande rigueur mais il régale également son lecteur par ses talents de conteur et sa plume magistrale de laquelle sort un texte écrit dans une langue fine et posée qui représente bien l’époque sans assommer le lecteur de termes de vieux français et de tournures de phrases alambiquées.

Les personnages sont attachants, je pense principalement à Bonicart, le canonnier plein d’humanité et philosophe qui m’a beaucoup touchée, mais aussi à Mbagnik, l’esclave affranchi dont Jean-Baptiste parviendra à capter l’amitié. J’ai eu en horreur le lieutenant Criquot esclavagiste convaincu, foncièrement mauvais et cruel. Et je laisse les autres personnages à votre découverte.

 

Bien sûr, le roman ne s’arrête pas à ce que je viens d’exposer, il y a une intrigue dont je ne dévoilerai rien si ce n’est qu’elle m’aura fait verser de chaudes larmes. Je ne dirai pas si ces larmes étaient de joie ou de tristesse. Et si je fais ma mystérieuse, ce n’est pas pour rien mais pour vous encourager à lire ce roman magnifique dont je m’étonne de ne pas trouver plus souvent la trace sur la blogosphère.

Un grand merci et toute mon admiration à Olivier Merle pour son grand talent et ce bonheur de lecture qui, à défaut du navire, aura fait chavirer mon cœur de lectrice.

 

les-traites.jpgNote :

A la suite de ce roman, j’ai voulu aller plus loin dans le sujet et j’ai entamé la lecture de l’ouvrage d’Olivier Pétré-Grenouilleau Les traites négrières, ouvrage qui a fait couler beaucoup d’encre par certaines de ses affirmations qui prêtent à polémique. En dehors des dites affirmations « litigieuses », je retrouve dans cet essai nombre d’informations techniques données dans le roman d’Olivier Merle qui a sans doute du l’utiliser lors de ses recherches. J’ai tenu à souligner ce fait pour montrer à quel point le roman d’Olivier Merle est d’une grande justesse historique et qu’on peut s’y plonger sans la crainte d’y trouver des contre-vérités (ce qui est ma hantise lorsque je lis un roman historique).

Il est vrai qu’Olivier Merle donne, en fin d’ouvrage, la liste des auteurs qu’il a abordés durant ses recherches. Néanmoins j’aurais apprécié qu’il précise également les titres des ouvrages qu’il a consultés, je sais que la liste est longue mais au moins les plus importants m’auraient été utiles.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Philippe D 10/02/2013 13:45

Je viens de terminer ce grand roman, poignant, plein d'une vérité quasi oubliée. Un grand moment d'histoire et de littérature.
Même si j'ai trouvé le début un peu lent et technique, j'ai dévoré ce livre qui restera certainement un bon moment de lecture et qui me donne envie de lire d'autres romans du même acabit.
Bon dimanche.

Aaliz 19/02/2013 11:33



Merci Philippe pour votre commentaire. C'est vrai que Noir négoce est un excellent roman très bien documenté. J'espère qu'Olivier Merle continuera à écrire de si bons romans.


A bientôt.



Marie 07/05/2012 18:32

Fortune de France est une excellente série. Mis à part que Catherine de Médicis y joue encore le rôle de la méchante (grrr!) et même si, quand on connaît bien l'époque, on se rend compte des
quelques lacunes dans sa documentation, c'est à la fois très prenant et très bien documenté.
Oui, j'ai repéré que son fils avait continué la série et ça m'intrigue... Mais je ne sais plus si c'est ce titre là que j'avais noté et si j'avais préféré en choisir d'abord un autre pour me faire
une première impression de lui. Réponse peut-être un jour su mon blog! :-D

Aaliz 08/05/2012 10:33



Bon ... il faut que je lise cette série alors.


Si c'est aussi prenant que Les rois maudits de Druon, je devrais me régaler !



Marie 07/05/2012 12:34

Ce n'est que récemment que j'ai découvert que le fils de Robert Merle, dont j'avais adoré Fortune de France dans ma jeunesse, était aussi écrivain. Je me suis empressée de rajouter l'un de ses
livres à ma LAL, mais je ne suis plus lequel. Je ne crois pas que ce soit celui-ci, qui a l'air très intéressant aussi.

Aaliz 07/05/2012 15:11



J'entends tellement parler de la série Fortune de France, il faudrait vraiment que je la lise. Celui de Merle fils que tu as, c'est peut-être la suite de la série ? Je ne sais plus le
titre mais je crois qu'Olivier a écrit un roman qui reprend la série de son père.



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :