Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 18:18

Substance_mort.3.jpg4ème de couverture :

 

Dans une Amérique imaginaire livrée à l'effacement des singularités et à la paranoïa technologique, les derniers survivants de la contre-culture des années 60 achèvent de brûler leur cerveau au moyen de la plus redoutable des drogues, la Substance Mort.
Dans cette Amérique plus vraie que nature, Fred, qui travaille incognito pour la brigade des stups, le corps dissimulé sous un «complet brouillé», est chargé par ses supérieurs d'espionner Bob Actor, un toxicomane qui n'est autre que lui-même.
Un voyage sans retour au bout de la schizophrénie, une plongée glaçante dans l'enfer des paradis artificiels.

 

Mon avis :

 

Un titre pas très gai, une couverture qui fait peur (mais particulièrement adéquate), de quoi mettre le lecteur dans l’ambiance et le préparer psychologiquement à la lecture de ce roman dur, complexe et éprouvant.

Il ne faut pas lire Substance Mort si vous êtes sujet à la déprime ni si vous avez envie de vous détendre ni si vous avez besoin d’une lecture légère et divertissante car Substance Mort n’est rien de tout ça. Substance Mort est une plongée dans le milieu de la drogue vu du côté des drogués et en même temps un bouleversant hommage à tous ceux qui se sont retrouvés prisonniers du cercle infernal de la toxicomanie.

 

On suit Bob Arctor et ses amis, tous appartenant au milieu des « freaks » donc de ceux qui dealent et se droguent, évoluant dans leur monde de paranos angoissés dont les principaux soucis sont de se procurer leur prochaine dose et de ne pas se faire repérer par la police.

Malheureusement pour eux, repérés, ils le sont. L’agent des stups Fred est chargé de leur surveillance. Seulement, voilà, Fred n’est autre que Bob Arctor lui-même dont la véritable identité se trouve dissimulée derrière le « complet brouillé », incroyable invention qui permet à celui qui le porte de faire varier son aspect physique et même sa voix de façon à ce qu’il soit complètement inidentifiable.

Immergé dans une situation qui le contraint à se surveiller lui-même et victime des effets de la Substance Mort, Bob perd peu à peu toute notion d’identité. Les dégâts sur son cerveau évoluent peu à peu au fil du roman lui faisant complètement perdre toute conscience de la réalité.

 

Les dialogues entre les différents personnages, absurdes au possible, et certaines scènes totalement loufoques décrivant les trips des personnages renforcent cette impression de totale déconnexion entre les « freaks » et le monde réel. Le lecteur est plongé dans cet autre monde et découvre avec effroi qu’il n’y a malheureusement aucune sortie de secours. Le lecteur aussi se retrouve pris au piège de l’incroyable filet tissé magistralement par Philip K.Dick jusqu’à ce que ce dernier le mette KO avec une fin qui l’achève et l’écoeure.

Je dois reconnaître que Dick est vraiment un as pour les fins « choc » étonnantes et troublantes.

 

Bouleversante est aussi cette note rédigée par l’auteur en fin de volume dans laquelle il explique avoir lui-même connu l’enfer de la drogue et avoir perdu ainsi nombre d’amis auxquels il rend hommage à travers ses personnages.

Ce roman est classé en science-fiction mais seuls quelques éléments se rapportent au genre (comme le « complet brouillé ») car pour le reste, c’est inspiré du vécu et du réel.

Plus qu’une simple œuvre de fiction, ce roman est un témoignage et un avertissement à tous ceux qui seraient tentés de vouloir continuer à jouer comme des enfants plutôt que de se confronter à la réalité d’une vie de labeur.

 

 «  Ce roman ne propose aucune morale ; il n’est pas bourgeois ; il ne prétend pas que ses héros ont eu tort de jouer au lieu de travailler dur, il se contente d’énumérer les conséquences. »

 

Et quelles conséquences !

J’ai également retrouvé dans ce roman, tout comme dans Ubik, une critique de la société de consommation et une réflexion sur ce qu’est l’identité. Le seul point que je reproche à Dick, c’est cette image de la femme plutôt dégradante réduite à un robot ménager et une poupée gonflable. Je l’avais déjà remarqué dans Ubik. Le passage où Bob explique que c’est le rôle des femmes d’entretenir une maison pour excuser que la sienne soit dans un état déplorable m’a un peu agacée. Enfin bon, on va mettre ça sur le compte de la mentalité de l’époque et notamment celle du mouvement hippie dont on retrouve de nombreux éléments ici et en particulier celui que dénonce principalement Dick dans ce livre : la consommation de psychotropes .

 

Substance Mort est donc un roman fort et dur, qui marque les esprits et fait réfléchir. J’en conseille vivement la lecture.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aaliz - dans Science-Fiction
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :