Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 23:31

tahmima.jpgQuatrième de couverture :

 

Décembre 1971. La guerre de libération du Bangladesh vient de prendre fin.

A présent que le pays est indépendant, mille défis restent à relever, que Sohail Haque et sa soeur Maya, vont aborder de manières diamétralement opposées. Médecin engagé, Maya aide résolument les femmes à conquérir leur liberté. Quant à Sohail, extrêmement affecté par les traumatismes de la guerre, il s'enferme peu à peu dans la religion, un islam intolérant et sectaire qui l'éloigne de ses anciens amis d'université, de sa soeur et même de son propre fils.

Très perturbée par la métamorphose de son frère, auquel elle est profondément attachée, Maya quitte la maison de son enfance. A son retour, dix ans plus tard, le fossé s'est encore creusé. Lorsque Sohail décide d'envoyer son fils dans une madrasa, Maya se sent contrainte d'agir, quitte à provoquer le déclenchement, longtemps retardé, d'une inéluctable tragédie.

Histoire d'une famille et d'un pays guetté par le fondamentalisme à l'ombre persistante d'une guerre dont les blessures peinent à se refermer, Un bon musulman est une plongée aussi inédite que bouleversante au coeur même de l'intégrisme tel qu'il se vit, s'exprime ou se combat au quotidien, chez des hommes et des femmes de chair et de sang dont il confisque douloureusement le destin.

 

Mon avis :

 

C’est encore une pépite que nous proposent là les Editions Actes Sud à travers ce roman fort, bouleversant et dramatique.

Tahmima Anam nous fait vivre le destin d’une famille marquée par la guerre d’indépendance. Chacun tente à sa manière de panser ses blessures psychologiques. La décision de Sohail de se chercher réconfort dans la religion est très mal vécue par sa sœur Maya. Seulement Maya ignore beaucoup de choses. Son ignorance et son entêtement la conduiront à faire elle-même de mauvais choix. Le destin de cette famille est parsemée de drames et la tension psychologique s’accroit au fur et à mesure de la lecture.

Ce roman m’a permis de me pencher sur l’Histoire du Bangladesh et notamment sur la période de guerre qui a mené à l’indépendance. Il illustre très bien les tensions qui ont régné au sein de la population ne serait-ce que par l’exemple de Maya. Comment accepter que son frère s’enferme dans une religion qui est à la source de la guerre et a donc fait couler tant de sang et au nom de laquelle tant d’atrocités ont été commises ?

Peu à peu le dialogue entre le frère et la sœur devient impossible jusqu’à l’incident qui pousse Maya à s’enfuir pour un long exil de 7 ans. A son retour chez elle, elle reconnaît difficilement la maison de sa jeunesse pleine d’inconnues voilées de la tête aux pieds.

Le roman alterne entre les deux périodes essentielles de la vie de Maya : on la suit donc en 1971 au lendemain de la guerre guettant le retour de son frère du front, et en 1984 à son retour après ses 7 années d’absence.

Cette construction est habilement menée, cette alternance permet au fur et à mesure la mise en place des pièces du puzzle et tout s’éclaircit progressivement tout en montant en intensité.

L’auteur parvient avec justesse à nous faire ressentir les émotions de Maya, son impuissance et son sentiment de révolte face à la rigidité et la froideur de son frère, son combat pour faire condamner les criminels de guerre impunis ainsi que les traumatismes de toute une population.

J’ai adoré cette plongée dans un Bangladesh torturé et en quête d’identité. Ce roman m’a beaucoup touchée, parfois horrifiée. J’espère seulement qu’il ne servira pas à alimenter le débat islamophobe. L’Islam n’est pas celui décrit dans ce livre et je souhaite que les lecteurs fassent bien la part des choses.

Je ressors donc de cette lecture perturbée et troublée par son intensité dramatique. Bien qu’à présent je sache pourquoi Sohail s’est réfugié dans une version trop stricte de la religion, son comportement demeure pour moi inexplicable. Je ne peux malheureusement vous en exposer les raisons sans spoiler. Mais je répondrais volontiers à toute sollicitation de lecteurs.

Un coup de cœur donc que je dois encore aux Editions Actes Sud qui, en plus de nous offrir de si beaux récits, s’appliquent à faire de leurs livres de très beaux objets.

Ce roman serait le deuxième volet d’une trilogie, ce que j’ignorais avant de débuter ma lecture. Mais sachez que cela ne la gêne en rien. En tout cas, je vais partir en quête du premier volet et attendrai avec impatience la sortie du troisième.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 25/01/2012 23:03

Pareil pour moi! Je le note aussi!

Aaliz 26/01/2012 10:31



@Joanna et Marie : Vous ne le regretterez pas, c'est vraiment un beau roman. Pour ma part, je suis en quête du premier volet de la trilogie : Une vie de choix , j'ai lu des avis
divergents sur ce dernier, je suis curieuse de voir ce que ça donne 



Joanna 18/01/2012 21:08

Je n'en avais jamais entendu parler mais au vu de ton avis, je le note tout de suite!

Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :