Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 09:30

mailman-par-j-robert-lennon_4822934.jpg« Mailmaaaaaaaaan, Bring me no more bluuuuuuuuues » chantait John Lennon.

 

Le Mailman de John Robert Lennon ( le Robert est important sinon on ne s’y retrouve plus) apporte le blues mais il l’a lui aussi, le blues, et pas qu’un peu.

Albert Lippincott, alias Mailman, est un facteur pas bien heureux dans sa vie. Une vie qu’il a monotone et qu’il estime avoir complètement ratée. Alors pour se distraire, il lit le courrier qu’il doit distribuer, en fait des photocopies, les classe et les collectionne, façon de combler sa vie ennuyeuse avec celle des autres.

Sauf qu’un jour, il retient une lettre un peu trop longtemps et apprends que son destinataire s’est suicidé. Mailman est-il responsable ? Où sa curiosité va-t-elle le mener ?

 

Dans un premier temps, elle le mènera à faire un retour sur sa vie, sur son expérience en tant que bénévole dans une bourgade paumée du fin fonds du Kazakhstan, sur son travail, ses études, sur son mariage, son enfance, sa relation avec ses parents et sa sœur mais aussi avec ses chats. L’occasion pour John Robert Lennon de faire des va-et-vient entre le passé et le présent mais sans jamais perdre le lecteur, le tout sur un ton fluide et avec humour s’il vous plaît.

 

J’ai beaucoup apprécié les péripéties de notre drôle de facteur. Mailman est très particulier dans son genre et on s’attache facilement à lui. Le tour de force de John Robert Lennon est de nous faire entrer dans l’intimité et la tête de Mailman, de voir à travers ses yeux le regard désabusé qu’il porte sur les personnes et la société qui l’entourent. Un regard désabusé mais acéré et fortement critique voire parfois exagéré.

 

« Mailman resta planté là avec son carnet de contraventions ; le PV qu’il venait de rédiger voletait sur le trottoir. Nom de dieu de bordel de merde ! où étaient passés la gratitude, le bonheur d’être né dans le pays le plus riche du monde, l’émerveillement devant les incroyables ressources du système éducatif américain ? Le sale petit ingrat ! Et le terme était parfaitement choisi : pour des gamins comme celui-ci, ni les parents ni la hiérarchie n’importaient, ils n’avaient pas la moindre conscience que des gens avant eux avaient dû lutter, travailler, souffrir, se battre et même mourir pour qu’ils puissent glander dans leur chambre, à picoler des bières et à jouer à Super Mario toute la sainte journée ! Les petits enfoirés ! Le genre à aller se plaindre au doyen parce que leur esclavagiste de prof nazi leur a mis à peine la moyenne ! A organiser un piquet de grève devant le bureau du président pour protester contre le règlement concernant la consommation de boissons alcoolisées sur le campus ! »

 

Il ne se gêne d’ailleurs pas pour exprimer bien haut ses opinions, ce qui lui vaudra quelques déboires et situations cocasses qui ne sont pas pour nous déplaire à nous, lecteurs. Mailman n’est pas toujours fier de ce qu’il est ni de ce qu’il fait et c’est ce qui le rend si attendrissant à mes yeux.

 

Pourtant il m’aura manqué ce petit quelque chose pour en faire un coup de cœur, le truc surprenant, la petite gifle au détour d’une page, comme pour Karoo, roman avec lequel je ne peux m’empêcher de faire un rapprochement.

 

Bref, Mailman, c’est tout simplement le récit de la vie d’un pauvre type banal qui n’a pas su saisir ses chances et qui le réalise trop tard. La fin, que j’ai trouvée magnifique, sonne comme un écho à sa vie, Mailman devient :

 

« Mr Sandman, Bring me a dream … »

 


 

 

Repost 0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 11:31

wharton.gifLily Bart a grandi au sein d’une famille aisée de la haute-société new-yorkaise. A la ruine puis à la mort de ses parents, seule sa tante accepte de la recueillir. Comme le veut l’usage au sein de cette société, son unique moyen pour maintenir sa position est de trouver un bon parti et de faire un mariage qui lui assurera définitivement sa position sociale.

Mais Lily est tiraillée, tiraillée entre sa raison, l’absolue nécessité de faire un bon mariage et son cœur qui, inconsciemment la mène à refuser de bons partis à plusieurs reprises.

La situation de Lily devient critique au fur et à mesure que sa fortune décline surtout qu’elle est sous l’emprise du vice du jeu. Des dettes importantes l’amènent à solliciter son entourage. Sa conduite et ses décisions finissent par se retourner contre elle et Lily doit alors lutter contre ce milieu qui était pourtant celui auquel elle était prédestinée.

 

Je ne connaissais pas Edith Wharton et le peu de critiques que j’avais lues concernant ses romans ne m’avaient pas particulièrement encouragée à la découvrir. Quelle erreur ! C’est à l’occasion de mon club de lecture que j’ai pu la réparer.

 

J’ai été plus qu’agréablement surprise par ma lecture et je peux même dire que c’est un grand coup de cœur ! J’ai vraiment adoré ce roman de bout en bout même si je reconnais que les premières pages ne sont pas faciles. Le style d’Edith Wharton est magnifique mais peut paraître un peu ampoulé ( ce que j’explique par le fait qu’elle admirait beaucoup Proust et c’est vrai qu’on y reconnaît quelques similitudes, l’extrême longueur des phrases en moins). Le nombre de personnages peut aussi décourager. Il n’est pas facile au début de s’y retrouver, de savoir qui est qui. Mais au fil de la lecture, on prend ses repères et cela devient alors un véritable bonheur.

Qu’est-ce que le bonheur justement ? Lily ne semble pas le concevoir sans l’associer à la richesse, d’où son obstination à faire un bon mariage. Ses discussions avec Lawrence Selden ne parviennent pas à la faire changer de conduite.

 

« - Mon idée du succès, dit-il, c’est la liberté personnelle.

- La liberté ? … être libre de soucis ?

- Libre de tout… de l’argent et de la pauvreté, de l’aisance et de l’inquiétude, de tous les accidents matériels. Maintenir en soi une sorte de république de l’esprit, voilà ce que j’entends par le succès. »

 

De par son éducation, Lily est restreinte à un certain code de conduite. Durant toute son enfance, sa mère n’a cessé de lui répéter qu’elle obtiendrait tout uniquement grâce à sa beauté. Mais sans argent, Lily doit sauver les apparences et maintenir l’illusion sur son train de vie. L’illusion ne tient pas très longtemps et elle devient rapidement la persona non grata. Même Lawrence, victime des racontars et des apparences, lui tourne le dos. Seuls quelques amis soutiendront Lily mais pas toujours de façon heureuse pour elle.

 

« Ce n’est pas un bel endroit, non, et la seule manière d’y prendre pied et de s’y tenir, c’est de le combattre avec ses armes, à lui…et, avant tout, ma chère, pas seule ! »

 

Il faut être un loup pour survivre au milieu des loups. Et bien que Lily donne l’impression d’en être un, on se rend bientôt compte que son âme est plus pure qu’elle n’y paraît.

 

Ce roman m’a beaucoup rappelé, dans un premier temps, La Foire aux Vanités de Thackeray. J’ai assez tôt fait le rapprochement entre Lily et Becky par leur côté calculateur et manipulateur. Mais contrairement à Becky, Lily ne s’enfonce pas dans ce trait de personnalité. Elle m’a complètement bouleversée et touchée au point que j’en ai versé des larmes. La scène des tableaux vivants rappelle aussi fortement celle des charades de La Foire aux Vanités.

 

Critique de la haute-société new-yorkaise du début du XXème siècle, Chez les heureux du monde offre aussi un panorama de la société new-yorkaise dans son ensemble, des anciennes familles de l’aristocratie aux nouveaux riches à l’instar de Rosedale et des Gormer mais aussi du milieu des travailleurs.

A travers Lily, c’est toute la mesquinerie et les fausses convenances de l’aristocratie qu’Edith Wharton pointe du doigt. Une aristocratie qu’elle a elle-même fui en partant s’installer en France.

 

Je ne peux que conseiller ce sublime roman magistralement écrit et d’une beauté triste à pleurer.

 

« Les marques mêmes de son chagrin lui seyaient comme les gouttes de pluie vont à la rose battue. »

 

Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 22:34

pollock.jpgUn pauvre gosse subissant le fanatisme religieux de son père et la maladie puis la mort de sa mère.

Un couple de dingos qui se la joue Mickey et Mallory en version pervers.

Un autre duo de dingos déguisés en pseudo-prédicateurs.

Un shérif corrompu.

Un curé amateur de jeunes filles.

Voilà en gros le genre de personnages que l’on côtoie dans Le Diable, tout le temps de Donald Ray Pollock.

Que du beau monde !

 

J’avais attendu impatiemment la sortie de ce livre en poche après en avoir lu la critique enthousiaste chez jérôme. Ce livre avait en effet tout pour me plaire. Sauf que j’ai finalement été plutôt déçue.

Il faut dire que le contexte et le milieu dans lequel Pollock plonge ses intrigues et ses personnages ( l’Amérique profonde des dégénérés alcoolos pervers et cumulant toutes les tares et tous les vices possibles) m’a fortement rappelé une autre œuvre se déroulant dans le même milieu et que j’avais adorée : Le seigneur des porcheries de Tristan Egolf. Et forcément, ma lecture a fortement souffert de cette comparaison involontaire avec ce chef d’œuvre.

 

Tout d’abord, le style. Je l’ai trouvé trop plat, lisse et sans relief. Ça manque de dynamisme, de panache. Pourtant ça se lit bien, je dois le reconnaître mais le ton n’est pas du tout raccord avec le propos et j’ai eu l’impression que ça sonnait faux. Je n’étais pas dedans, j’étais tenue à distance et j’assistais froidement à ces évènements et péripéties qui auraient au moins dû me procurer quelques émotions. Mais non, rien.

 

Pourtant, le premier tiers du roman démarre sur des chapeaux de roue et promettait un coup de cœur. Cependant le rythme s’essouffle progressivement et mon intérêt s’est considérablement relâché dans le deuxième tiers. Heureusement, Pollock a su me ferrer à nouveau pour son final même si ça restait quand même assez téléphoné. A noter également quelques scènes chocs habilement menées mais qui n’ont pas suffi à sauver ce livre pour moi.

 

Dernier point enfin : je n’ai pas saisi ce que l’auteur a voulu dire. Est-ce qu’il avait d’ailleurs un message à faire passer ? J’aurais aimé une invitation à la réflexion, quelques petites phrases dignes d’être citées. J’ai bien compris qu’il s’était attaché à décrire les bassesses humaines dans toute leur splendeur illustrant plutôt le règne d’un Diable omnipotent, contrôlant des vies desquelles Dieu serait le grand absent malgré les nombreuses prières qui lui sont adressées. Mais dans ce cas, que penser de l’issue de tout ça, de cette fin ? Bref, je reste perplexe.

 

Rendez-vous manqué donc avec ce roman quand même assez bien ficelé pour conserver l'attention du lecteur jusqu’au bout mais je ne peux me défaire de ce sentiment de déception. J'en attendais apparemment beaucoup trop.

 

 

Repost 0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 14:25

les versetsChronique à ne pas lire si vous souhaitez lire ce livre en le découvrant pleinement car j’y évoque dans les grandes lignes quelques points de l’intrigue.

 

Décidément, je semble avoir un sérieux penchant pour les romans riches et complexes. Les Versets Sataniques, c’est le genre de roman dont on peut être certain qu’on ne s’ennuiera pas à la relecture, bien au contraire, on risque probablement d’y découvrir de nouveaux détails, de nouveaux clins d’œil, de nouvelles pistes de réflexion.

Lire ce roman nécessite de gros efforts intellectuels tant sur le plan de la concentration que de la réflexion.

Comprendre, voilà le défi qu’on se lance en se plongeant dans les pages de l’œuvre de Rushdie, comprendre ce qu’il a voulu dire, comprendre en quoi ça a pu choquer et provoquer les évènements que l’on connaît, cette fatwa lancée par l’ayatollah Khomeini, ces assassinats ( les traducteurs italiens et japonais, le recteur de la mosquée de Bruxelles), émeutes et manifestations, autodafés, sans parler de l’impact sur la vie de Rushdie et sa famille.

 

Un avion à destination de Londres explose en plein vol à la suite d’une attaque terroriste. Deux hommes survivent : Gibreel Farishta et Saladin Chamcha. Le premier est un acteur très célèbre en Inde, une véritable icône de Bollywood. Le second, indien également, vit en Angleterre et travaille dans le doublage de voix. Tous deux survivent à l’explosion mais non sans conséquences. Saladin voit son corps se métamorphoser : cornes, poils drus sur tout le corps, queue, sabots. Face à cette incarnation du Cheytan ( le Diable), Gibreel, qui avait perdu la foi, est victime de rêves curieux et d’hallucinations, le voilà dans la peau de l’Ange Gibreel, l’Ange de la révélation des versets coraniques au prophète Mahound.

 

Non, je ne me suis pas trompée, c’est bien ainsi que le nomme Salman Rushdie. Car entre les chapitres relatifs aux aventures des deux personnages principaux, Rushdie nous emmène, à travers les rêves de Gibreel, au temps des débuts de l’Islam et nous transmet donc de façon romancée la légende, rapportée par Tabari, des versets sataniques, épisode très controversé et non authentifié de l’histoire de la Révélation.

 

Du fait qu’il s’agisse d’une légende, Salman Rushdie a modifié certains points comme le nom du prophète, ici Mahound, le nom de la ville de La Mecque, ici Jahiliya ( qui désigne en réalité la période préislamique, celle où , à La Mecque, on vénérait les idoles), le nom du principal adversaire du prophète Abou Sofiane, ici nommé Abou Simbel en référence aux temples égyptiens dédiés au culte du pharaon Ramsès II ( le pharaon supposé avoir chassé Moïse et les Juifs d’Egypte).

Il est donc indispensable pour comprendre pleinement ces chapitres de bien connaître l’histoire du prophète et de l’Islam à ses débuts. D’autant plus qu’il y a certaines choses qui sont erronées, je ne sais pas du tout si c’est intentionnel ou non. Mais je le précise afin que les futurs lecteurs ne prennent pas tout pour argent comptant. Il s’agit d’une version fictionnelle et modifiée pour les besoins du roman de la vie du prophète Muhammad.

 

Londres, La Mecque mais aussi la pampa argentine, Bombay et l’Inde, l’Himalaya et l’Everest, autant dire que l’auteur nous fait voyager. On est trimballé dans le temps, dans l’espace sans ménagement. Ce roman foisonne donc de lieux, mais aussi de personnages, de thèmes, de réflexions, d’évènements, de références culturelles aussi bien historiques que religieuses, mythologiques et littéraires ( les Mille et une nuits en particulier mais bien d’autres également). La construction et le style n’aident pas le lecteur à s’y retrouver. Salman Rushdie semble s’amuser à nous désorienter, passe d’un sujet à l’autre sans crier gare, nous ressort un détail évoqué quelques 300 pages auparavant ( et on se casse la tête à le retrouver parce que, bon, mince, ça nous dit quelque chose ça, c’était où, qui, comment ? zut quoi !) Comment ça je n’étais pas assez concentrée ?? Je vous mets au défi de lire ce roman sans vous y perdre ne serait-ce qu’une fois ! Mais, heureusement, j’aime ça, ça m’amuse autant que l’auteur qui a su me surprendre plus d’une fois et qui a l’art et la manière de nous faire devenir chèvre (ou bouc ?) en ménageant ses effets tel un magicien.

 

Un magicien qui sait ce qu’il fait ( Rushdie a travaillé 4 ans sur ce livre), tout est réfléchi, rien n’est anodin. A l’exemple de cet épisode où Gibreel rêve d’un petit village indien dont les habitants sont envoûtés par une jeune femme – prophétesse qui les convainc de partir en pèlerinage à La Mecque à pied et que pour cela, Dieu fera s’ouvrir la mer devant eux. Vous riez ? Eh bien, sachez que Rushdie s’est inspiré d’un fait réel ( daté de 1983 et les pauvres bougres sont tous morts noyés). De nombreux éléments du roman trouvent leur origine dans la réalité, le personnage de Gibreel Farishta fait référence à un célèbre acteur indien en vogue à l’époque, l’une de ses hallucinations mettant en scène un imam exilé opposé à une impératrice dont il prend la place au lendemain d’une révolution est une allusion évidente à Khomeini et la révolution iranienne de 1979. Le contexte politique et social de l’Angleterre est également très présent, notamment la question de l’immigration.

 

« Alors c’est comme ça que vous accueillez les nouveaux venus. Pas comme des égaux, mais comme des gens qui doivent faire ce qu’on leur dit. »

 

Les Versets Sataniques, c’est le roman de l’adversité, de la lutte : les musulmans contre les incroyants, le fils contre le père, le mari contre sa femme, le blanc contre le noir, le Bien contre le Mal …Roman de la lutte et de tout ce qui s’y rattache : la vengeance, la trahison, la jalousie, le pardon. Et Salman Rushdie de nous montrer que rien n’est tout blanc ou tout noir, il détruit des préjugés à travers l’exemple de cette famille indienne musulmane établie en Angleterre dont le père est un croyant fervent. On pourrait supposer son épouse soumise ( gros cliché très courant concernant les musulmanes) mais bien au contraire, c’est une vraie matrone ! Ses filles sont la parfaite illustration de l’intégration aux mœurs occidentales.

Salman Rushdie dénonce l’intolérance, le racisme, le fanatisme religieux. Mais à travers Saladin, celui qui se voulait plus britannique que les britanniques, il montre le conflit intérieur dû à la confrontation entre deux cultures.

 

Je m’arrête là car je pourrais en parler encore pendant des pages et des pages. Et pourtant, j’avais effectué une première tentative de lecture, soldée par un abandon au bout du premier chapitre. Un chapitre plutôt farfelu, qui, associé au style très libre de Rushdie, m’avait effrayé.

Cette fois-ci, je suis allée au bout et j’ai véritablement adoré ma lecture. On oscille entre rêve et réalité, on se sent parfois perdu mais Salman Rushdie nous ramène toujours vers le chemin. On sent qu’il a mis de lui dans ce roman ( dans lequel il s’est attribué un rôle bien précis), sa propre expérience nourrissant son propos.

 

Etant musulmane reconvertie et confrontée moi aussi à deux cultures, ce roman a pris pour moi beaucoup de sens. Oui, c’est vrai, Salman Rushdie malmène le prophète et la religion musulmane mais je n’ai pas senti de haine ni de volonté clairement affichée de l’attaquer de la part de l’auteur. C’est surtout le fanatisme et l’extrémisme qu’il pointe du doigt.

Premièrement, il s’agit d’un roman, d’une fiction et deuxièmement, il évoque des points sur lesquels n’importe quel croyant a pu se poser des questions. D’ailleurs, le Coran invite très souvent le croyant à raisonner et réfléchir. Comment réfléchir sans se poser de questions et donc douter ?

Et puis très sincèrement, je vois des commentaires dans les médias bien plus irrespectueux et insultants envers l’Islam que ce qu’a écrit Salman Rushdie dans ce livre. Mais je pense qu’il est tout de même  primordial de bien connaître les bases de l’Islam et de son histoire avant de commencer la lecture de ce roman.

 

Les Versets Sataniques restera assurément pour moi un roman inoubliable, une grande expérience littéraire à renouveler.

 

 

 

Repost 0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 13:10

woodieC’est sans connaître ce monsieur Woody Guthrie que j’ai entamé ma lecture de La maison de terre. Je découvre alors un auteur qui a indéniablement un talent pour l’écriture. Entre poésie et rythme, sa plume nous berce, nous secoue et nous emmène dans les contrées arides mais époustouflantes des plaines du Texas. Un cadre aux allures de désert où tout semble désolé, les descriptions sont d’un réalisme étonnant, on sent le vent et la poussière, on voit ces boules d’herbe rouler et tourbillonner sur ce sol sec et parfois rocailleux. Un milieu aux conditions de vie difficile, les fermiers s’entassent dans de petites maisonnettes en bois prêtes à s’écrouler telle la maison du petit cochon qui ne résiste pas au souffle puissant du vilain méchant loup.

 

Le vilain méchant loup a ici plusieurs visages : le vent et la poussière, la pluie, le froid, les insectes qui se faufilent à travers les interstices malgré les tentatives désespérées des occupants pour les calfeutrer.

La maison de terre c’est un aperçu de la vie quotidienne d’un couple de ces fermiers dans les années 30, une vie que Woody Guthrie a lui-même connue. Pour encore plus de réalisme, il retranscrit les dialogues dans un langage familier et argotique, le langage des gens de là-bas, de ces gens simples qui luttent au quotidien pour leur survie.

 

Car il n’y a pas que les éléments auxquels ces gens doivent faire face. Le dernier visage du vilain méchant loup est celui de ces grands propriétaires, de ces banquiers, de ces capitalistes qui s’approprient les terres et réduisent les fermiers à l’indigence. Woody Guthrie dénonce ce fléau, à l’instar de John Steinbeck, le système capitaliste, la spoliation des fermiers contraints au métayage puis soit au départ vers d’autres régions d’espérance ( comme dans Les raisins de la colère) soit à rester et se battre. Et c’est cette option dont Woody Guthrie nous parle.

Car il y a une solution : la maison de terre. Comme au Mexique. Ces maisons faciles à construire et qui protégeraient leurs occupants du vilain méchant loup.

On apprend d’ailleurs dans l’excellente postface du livre que Woody Guthrie a consacré une bonne partie de sa vie à faire la promotion de la maison de terre.

 

Tout au long de ce roman, la maison de terre est l’obsession de notre jeune couple, leur rêve, leurs espoirs.

Autant être franche, il ne se passe pas grand chose dans ce roman. Le lecteur est plongé dans l’intimité du couple et devient lui-même un habitant de la maisonnette en bois. Il y a même un petit côté voyeuriste notamment lors de cette scène d’ébat sexuel qui a bien failli avoir raison de moi. C’est cru, pas un brun romantique, jusque dans les détails. Heureusement il n’y en a qu’une comme celle-là. Passé le cap, on se laisse embarquer par le rythme du style et on se prend d’affection pour ces deux personnages dont on ressent très bien l’attachement et l’amour.

 

La cerise sur le gâteau, c’est cette postface corédigée par Johnny Depp et Douglas Brinkley dans laquelle ils nous racontent la vie de Woody Guthrie, analysent ce roman La maison de terre et nous expliquent les conditions et raisons de sa publication si tardive.

J’ai découvert donc en Woody Guthrie un auteur talentueux, un homme courageux et engagé à travers ses chansons mais aussi ses actions.

Un très beau et touchant moment de lecture pour lequel je remercie Babelio et les éditions Flammarion.

 

Repost 0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 09:31

le-seigneur-des-porcheries-24812-250-400-copie-1.jpgA tous les malchanceux, à tous les marginaux, les laissés-pour-compte, à tous les montrés du doigt, à tous les boucs-émissaires, toutes les têtes-de-turcs, à toutes les victimes de la bêtise et de la méchanceté humaine, ce livre est pour vous.

« Le temps est venu de tuer le veau gras et d’armer les justes. »

 

John Kaltenbrunner n’est pas un garçon comme les autres, c’est un solitaire qui vit dans son monde à lui. Intelligent, habile de ses mains et plein de ressources, John aurait pu réussir et aller loin mais c’était sans compter avec les habitants de Baker, la ville où il a grandi et vécu.

John est poursuivi par l’injustice et la stupidité de ses concitoyens mais il n’est pas du genre à se laisser faire. Alors il se révolte mais cela se retourne toujours contre lui. Il finit par écoper d’une peine de travaux forcés loin de chez lui. Sa peine purgée et plein de rancœur, il décide de retourner à Baker et de se venger. Il transforme alors la ville en un véritable « asile d’enfoirés » selon les propres termes du shériff.

 

Jouissif, jubilatoire, ce roman est une immense partie de plaisir. Je me suis véritablement régalée à suivre les aventures de John racontées par une personne tierce l’ayant côtoyé. Le procédé narratif employé par Tristan Egolf m’a rappelé celui utilisé dans le film « The Big Lebowski ». D’ailleurs, je verrais bien ce roman adapté au cinéma par les frères Coen.

 

Le portrait social que brosse Tristan Egolf est sans concessions, tout le monde en prend pour son grade, population raciste, habitants consanguins dégénérés, patrons exploiteurs, religieuses professionnelles de l’arnaque et du vol organisé, municipalité et services de police incapables et incompétents.

On entre dans le quotidien des usines d’abattoir aux conditions de travail abjectes ( ça m’a rappelé La Jungle d’Upton Sinclair) et dans celui d’une petite ville de comté à travers laquelle Egolf nous retrace une partie de l’histoire des USA à l’échelle locale.

Quant aux personnages, Tristan Egolf ne s’attarde pas à les décrire en détails. Aucun ne joue véritablement de rôle-clé si ce n’est John. Il reste pourtant un personnage mystérieux, dont on ignore véritablement les pensées et les intentions, ce qui le rend imprévisible, énigmatique. Tristan Egolf ne le dépeint qu’au travers de témoignages dont celui du narrateur qui, finalement, l’a très peu connu, faisant ainsi de son roman le récit d’une légende.

 

Le style est recherché tout en étant dans le ton, caustique, humoristique, hargneux. On passe tour à tour de l’indignation au fou rire et on ne peut s’empêcher de ressentir une immense satisfaction et jubilation de voir John prendre sa revanche sur tous ceux qui lui ont pourri la vie.

 

« Il se retourna vers le feu et annonça que, très bien, peut-être accéderait-il à sa demande absurde d’une discussion ouverte, en commençant par le fait qu’elle était la plus hypocrite péripatéticienne coprophile mâtinée de chienne en chaleur qu’il ait eu le malheur de croiser. Jamais, depuis le temps des cabarets clandestins à gin frelaté, aussi cupide maquerelle n’avait foulé les rues de Baker sous le masque d’une citoyenne respectueuse des lois. Elle était une imposture et une imbécile, et elle sous-estimait grossièrement son bon sens. L’entendre, elle, parler des créatures du Seigneur était encore plus écoeurant que l’exploitation éhontée du charpentier et de ses apôtres à laquelle se livrait son marlou prêcheur de révérend. Chacun savait que pour les catholiques Jésus était le fils de Marie, pour les baptistes il était le sauveur, pour les juifs il n’était rien, et pour les méthodistes il était une déduction fiscale. »

 

Récit sombre , plein de rage, de fougue, Le seigneur des porcheries est une sorte d’anti-conte de fées où tout est moche, dur, dégoûtant, injuste, immoral et sent mauvais. Mais comme le titre l’indique, ça n’empêche pas son héros d’être un grand seigneur.

Une belle grosse claque que ce livre et un personnage qui restera parmi mes préférés.

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 10:32

moon-palace.jpg4ème de couverture :

 

Marco Stanley Fogg : le nom même de son héros place ce roman sous le signe de l'exploration et du voyage. Et c'est bien une odyssée qui nous est offerte, dans la tradition des Mille et Une Nuits comme du grand  roman américain ; un parcours fertile en paysages fantastiques, personnages hors du commun, tribulations multiples. Mais tout voyage est aussi une quête intérieure et initiatique. Sous l'abondance des lieux et des couleurs, le vrai périple de Marco Stanley Fogg est une recherche de l'identité, une exploration de la solitude et de l'incomplétude universelles.

 

Mon avis :

 

Comment se retrouver en un clin d’œil du centre de Manhattan en plein désert de l’Arizona ? Eh bien en lisant Moon Palace.

 

En voilà une belle surprise que ce roman de mon auteur chouchou. Après La trilogie New-Yorkaise, je ne m’attendais pas à apprécier autant, si ce n’est plus, un autre de ses romans. Le Voyage d’Anna Blume m’avait un peu déçue car Auster y sort du schéma pour lequel je l’adore ( balader son lecteur par le bout du nez et le frustrer à mort ) et je craignais que le reste de sa bibliographie soit de la même veine. C’est un peu le cas mais étonnamment cette fois-ci ça m’a plu énormément !

 

Dans ce roman, Auster nous fait voyager dans le temps et l’espace. Le ton est donné d’entrée avec le nom qu’il a choisi pour son personnage principal : Marco ( comme Marco Polo) Stanley ( le célèbre explorateur qui a retrouvé Livingstone) et Fogg ( le héros de Jules Verne).

Ici encore, on a droit au procédé fétiche de l’auteur : le récit dans le récit. Je me demande même si je n’ai pas préféré le récit emboîté à la trame générale…

Le texte est truffé de références à la culture américaine, détails historiques et géographiques, autant dire que ce roman est 100 % US . On y croise même Nicolas Tesla et quelques aperçus de sa vie, ce qui m’a décidée à lire le récit que lui a consacré Jean Echenoz avec Des éclairs.

 

Marco Stanley Fogg est un orphelin élevé par son oncle. Sa vie est marquée par la solitude. Petit à petit Marco ne croit plus en rien et se laisse aller. L’amour d’une jeune femme le sort du trou et le met sur le chemin d’un curieux vieil homme au caractère difficile. Cette rencontre bouleverse sa vie.

J’ai trouvé cette histoire très touchante, les personnages très intéressants, surtout le vieil Effing, agaçant et attendrissant à la fois. Je déplore seulement que Paul Auster n’ait pas suffisamment marqué par le style le changement de narrateur. En effet, lorsque Effing raconte ses Mémoires ( ce qui constitue le récit emboîté), on a toujours l’impression que c’est Marco qui parle. Le ton est le même et c’est dommage car les personnalités sont assez tranchées.

Néanmoins, on retrouve bien les thèmes chers à Auster : la quête d’identité, l’errance, la solitude, la perte des êtres chers, la dépossession. Il met à nouveau en œuvre les caractéristiques qui ont fait son style : éléments biographiques, récits emboîtés, étude des hasards de la vie et du destin, clins d’œil à ses précédents romans ( ici notamment au Voyage d’Anna Blume ).

 

Une bien belle lecture donc parmi les rares lectures de ces derniers temps. Mais rassurez-vous, je vais bientôt reprendre mon rythme ( enfin je l’espère !). J’ai quelques chroniques à écrire aussi, j’ai notamment lu Camus, Ferrari, Garcia Marquez, Maalouf, Hosseini et donc Echenoz dont je parlais plus haut.

Pardonnez-moi aussi si je me fais rare sur vos blogs mais là aussi je vais tenter de bientôt reprendre mes bonnes habitudes.

Bonnes lectures à tous !

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:38

spartacus« Nous vivons au siècle des révolutions avortées » c’est le constat d’un avocat romain au 1er siècle avant JC. L’empire romain connaît alors une grande période de désordre politique, économique et social. C’est dans ce climat troublé que Spartacus va entraîner avec lui gladiateurs et esclaves dans une révolte qui aura fait trembler Rome.

Cependant le Spartacus d’Arthur Koestler n’est pas un banal roman historique bourré d’actions et d’aventure. Il se veut plutôt une analyse et une réflexion sur le processus de la révolution, son mécanisme et tente d’expliquer pourquoi toute révolte semble être vouée à l’échec.

Bien entendu, le soulèvement opéré par Spartacus est pour Koestler un exemple de base autour duquel il construit son argumentation mais le propos s’applique de façon plus générale. S’agissant de Koestler, on pense notamment au cas de la Russie d’autant plus que Koestler profite de la légende de la Cité du soleil pour aborder le sujet du communisme et de son utopique mise en œuvre.

 

La démonstration est menée avec habileté. Arthur Koestler met d’abord en scène un simple fonctionnaire de l’Etat romain, un greffier de province ambitieux qui cherche les honneurs et à gravir les échelons après de nombreuses années de bons et loyaux services. Il se fait témoin extérieur des évènements mais pourtant constitue à lui seul l’exemple même du citoyen moyen condamné à la médiocrité. Par le cas de ce greffier, Koestler permet une généralisation du type même du candidat à la révolte mais qui se résigne à son état.

 

« Car, aux débuts du monde, les dieux ont privé les hommes de la joie sereine et leur ont enseigné qu’ils devaient obéir aux interdictions et renoncer à leurs désirs. Et ce don de la résignation, qui rend l’homme différent des autres créatures, est si bien devenu chez lui une deuxième nature qu’il en use comme d’une arme contre ses semblables, d’un moyen infaillible d’oppression.

La nécessité de se résigner, de renoncer s’est, depuis les origines, si profondément ancrée dans les hommes qu’ils ne tiennent plus pour noble que l’enthousiasme de l’abnégation. Peut-être ainsi expliquera-t-on que l’humanité s’ouvre tous les jours à l’enthousiasme qui puise ses sucs dans la mort et qu’elle reste sourde à l’enthousiasme de la vie. »

 

Spartacus, lui, ne se résigne pas et veut recouvrer sa liberté, il refuse que sa vie soit vouée à servir de divertissement aux « maîtres romains ». Il rejette sa condition d’homme asservi courbant l’échine. Dans un premier temps, nombreux sont ceux qui le suivent. Puis la désillusion et le découragement plus que les tentatives de matage des forces romaines ont raison du mouvement. Nombreux le désertent et retournent chez leurs anciens maîtres.

Pourquoi la révolte s’essouffle-t-elle et se saborde-t-elle elle-même ?

 

« Il y a deux forces agissantes : le désir de changement et la volonté de conservation. Celui qui part reste attaché par les liens du souvenir, celui qui reste s’abandonne à la nostalgie. De tout temps les hommes se sont assis sur des ruines et ont gémi … »

 

Koestler pointe alors du doigt la frilosité de l’homme face à l’incertitude du changement. Par sa nature, il préfère un état qui lui est défavorable mais qu’il connaît à une possible meilleure situation dont il ignore tous les tenants et toutes les difficultés qu’il lui faudra affronter pour y parvenir. On sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on trouve.

Autre raison invoquée par l’auteur : l’étroitesse de la conception que se fait la masse de la liberté :

 

« Pour l’homme moderne, la liberté ne signifie qu’une chose : ne plus être obligé de travailler. »

 

Et Koestler d’expliquer par la bouche de Crassus comment Spartacus aurait du s’y prendre. A cette occasion le discours de Crassus n’est d’ailleurs pas sans rappeler les valeurs stakhanovistes prônées sous le régime stalinien :

 

« Si réellement vous aviez voulu des solutions sérieuses, vous auriez dû prêcher une nouvelle religion élevant le travail au rang d’un culte. Vous auriez proclamé que la sueur du travailleur était un liquide sacré ; que c’est uniquement dans le labeur et la souffrance, dans le maniement de la pelle, du pic ou des rames que s’affirme la noblesse de l’homme, tandis que la douce oisiveté et la contemplation philosophique sont méprisables et condamnables. »

 

Bref, Arthur Koestler analyse de nombreux éléments, s’arrête aussi sur l’importance du meneur de la révolte, sur son attitude et la mentalité qu’il se doit d’avoir. Il retrace le schéma type du déroulement d’une révolte incluant les querelles de partis au sein du mouvement, la scission etc… Il fait intervenir de nombreux protagonistes d’horizons différents : l’homme de religion, le philosophe, le militaire, le simple citoyen, le magistrat... Le contexte politique, économique et social est minutieusement étudié. Koestler prend d’ailleurs la peine d’écrire une postface dans laquelle il raconte la genèse du roman, son contexte d’écriture et dans laquelle il souligne l’importance qu’il a accordé à la rigueur historique dans tous les détails ( jusqu’aux descriptions vestimentaires).

 

Spartacus est à l’image du Zéro et l’infini, un roman d’une grande richesse où la réflexion et l’interrogation est constante. Toutefois, j’ai trouvé la première moitié assez longuette et parfois maladroite au niveau du style ( ou de la traduction ?) mais la deuxième moitié redresse la barre et compense largement tant elle pousse au questionnement. Le sujet m’intéressant particulièrement, je ne vous cache pas qu’encore une fois je suis comblée par ma lecture.

 

Arthur Koestler est décidément un auteur qui me plaît de plus en plus. J’ai repéré à la bibliothèque La lie de la terre ( roman autobiographique dans laquelle il relate son expérience du camp) mais aussi une biographie d’Arthur Koestler par Michel Laval, je vais donc m’empresser de les emprunter !

 

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 20:39

karooJ’espère vraiment que le phénomène de la liseuse et des e-books ne mettront pas un terme au livre papier. Comment aurais-je pu flasher sur Karoo sans accroche visuelle ? Son design épuré, naturel, tout en simplicité a tout de suite attiré mon attention parmi toutes les autres couvertures ternes ou trop colorées et souvent peu séduisantes.

Une belle couverture couleur sable en relief, du papier d’une douceur rare, bref un très bel objet très agréable au toucher, bravo aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.

Le petit truc en plus, sur la toute dernière page : la liste des caractéristiques matérielles du livre, type de matériaux employés, type de police d’imprimerie, les dimensions :

 

« L’ouvrage ne mesure que 140 mm de largeur sur 195 mm de hauteur. Pourtant, la chute qu’il raconte est vertigineuse. »

 

Et voilà comment on achève de convaincre la lectrice que je suis de rentrer chez elle le livre en main.

 

Saul Karoo travaille dans l’industrie du cinéma. Son rôle est de réécrire des scénarios peu convaincants et de transformer des navets en chefs d’œuvre. Sa renommée dans le milieu n’est plus à faire, il est riche, reconnu, tout semble aller pour le mieux.

Mais Saul Karoo n’est pas ce qu’on pourrait appeler un modèle de vertu. Séparé de sa femme qu’il a trompé à de nombreuses reprises, il évite soigneusement tout contact avec son fils, ne cesse de boire, ment comme un arracheur de dents et, disons le franchement, se comporte comme un gros porc.

Jusqu’au jour où il est atteint d’un phénomène curieux : Karoo ne parvient plus à atteindre l’ivresse. Il a beau picoler comme un trou, il reste sobre. C’est toutefois grâce à cette curieuse maladie qu’il va enfin prendre conscience de son comportement odieux. Il va alors décider de se racheter une conduite, d’obtenir le pardon de ceux qui finalement comptent pour lui. Mais le destin lui refusera la rédemption et lui préférera le châtiment.

 

Gros coup de cœur pour ce sublime roman d’un auteur malheureusement disparu.

Pourtant je ne cache pas que je commençais à trouver la première partie un peu longue. On y fait la connaissance de Saul, de son entourage, de sa vie, de sa mentalité. Le récit, effectué à la première personne, nous permet d’accéder à ses pensées les plus intimes. Saul nous fait part de ses réflexions sur la société dans laquelle il évolue et se fait aussi son propre critique non sans humour. Saul est un personnage très cynique, il ne semble pas avoir de scrupules et prend tout à la légère. Mais Steve Tesich le fait évoluer subtilement vers la prise de conscience.

D’après les critiques que j’ai lues, beaucoup de lecteurs ont de loin préféré cette partie au reste du roman qu’ils ont trouvé plus fade. Je ne suis pas du tout de cet avis. J’ai adoré la suite du récit et son progressif glissement vers le tragique. On sent qu’il va se passer quelque chose de dramatique. J’ai essayé de deviner où l’auteur voulait m’emmener mais il a vraiment réussi à me surprendre. J’ai fini par prendre Saul en pitié, il m’a vraiment fait mal au cœur. Et lorsque le châtiment survient, l’auteur bascule de la première personne à la troisième. J’ai ressenti ça comme une distanciation punitive, une façon de symboliser le rejet de Saul, de le repousser encore plus mais aussi une manière de montrer qu’il n’est plus celui qu’il était.

Ce roman souligne à quel point les gens ont le pardon difficile et à quel point il est compliqué de faire oublier ses erreurs passées. On peut corriger un scénario de film très facilement mais lorsqu’il s’agit de la vie d’une famille il en va tout autrement.

 

Steve Tesich était un auteur vraiment talentueux, son texte est très bien écrit, habilement mené, bourré de réflexions intelligentes mais aussi d’humour. Une réussite complète.

Le texte original date pourtant de 1996. La France aura du attendre 2012 pour enfin le découvrir. Un autre roman de Steve Tesich semble prévu pour 2014. Je l’attends avec impatience.

En tout cas, un grand merci et encore un grand bravo aux éditions Monsieur Toussaint Louverture pour nous avoir permis de découvrir un auteur de talent.

Repost 0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 10:22

radcliffe1auteur.jpgL’auteur : Ann Radcliffe ( 1764-1823)

Ann Radcliffe est une des pionnières du roman gothique. La plupart de ses romans mettent en scène des jeunes filles innocentes confrontées à des hommes tyranniques à la vie douteuse, les scènes se déroulent principalement dans de sombres châteaux. L’œuvre d’Ann Radcliffe a connu un grand succès au sein de l’aristocratie et de la bourgeoisie britanniques. Elle a eu de nombreux imitateurs et de grands écrivains la comptent parmi leurs références. On peut citer Balzac, Dostoïevski, Jane Austen, Victor Hugo, Eugène Sue et bien d’autres…

 

L’œuvre : Les mystères d’Udolphe écrit en 1794 est considéré comme le chef d’œuvre d’Ann Radcliffe et comme le roman typique du genre gothique.

 

udolpheMon avis :

 

Je ne sais plus du tout pourquoi j’ai voulu lire ce livre. Je m’étais même inscrite à une lecture commune ( que je n’ai pas honorée dans les délais impartis ) mais impossible de me rappeler ce qui m’avait motivée à le faire. Ce n’est pas une critique trouvée sur la toile, et je vous arrête tout de suite, ce n’est pas non plus à cause du roman de Jane Austen dont je n’avais pas entendu parler jusque-là. Toujours est-il que me voilà avec ce bon gros pavé entre les mains et une légère appréhension car avant de commencer à en tourner les pages, j’ai lu en diagonale 2-3 avis par-ci par-là qui n’étaient pas très encourageants.

Ayant surmonté mes craintes et avalé les quelques 900 pages, je peux maintenant me féliciter de cette lecture venue d’on ne sait où et qui m’a vraiment enthousiasmée.

Tout ce que je savais de l’histoire avant d’entamer ma lecture était qu’il s’agissait d’une jeune fille et d’un château « hanté ». Je n’en attendais donc rien de particulier et je pense que c’est ce qui fait qu’on apprécie le roman ou non à la fin.

 

Ma première crainte était l’ennui. Nombre de lecteurs ont déploré le manque d’action et la présence de grosses longueurs.

 

          J’avoue … Les 200 premières pages sont très longues et j’ai du m’accrocher. On a l’impression de piétiner, qu’il ne se passe rien, on attend un événement qui ne vient pas. Et pourtant, Ann Radcliffe tisse lentement sa toile, met en place ses personnages, prépare son intrigue. Quelques interrogations sont soulevées et les premiers mystères s’installent tout doucement, trop doucement pour donner un effet de suspense il est vrai. Néanmoins ces 200 premières pages sont nécessaires et indispensables à la suite du récit. Le lecteur mémorise quelques curiosités afin de savoir si l’auteur n’oubliera pas d’y revenir par la suite.

 

          pyrenees-udolphe.jpgJ’avoue… Il y a beaucoup de descriptions. Ce qui fera obligatoirement soupirer d’ennui ceux qui ne supportent pas qu’on puisse s’attarder pendant dix lignes sur la beauté d’un coucher de soleil dardant ses derniers rayons sur des sommets enneigés. Ann Radcliffe appréciait beaucoup la peinture et ses descriptions sont à l’image de cette passion. Pour ma part, je les ai trouvées magnifiques, j’en ai pris plein les yeux. Ann Radcliffe a un style très poétique qui donne un charme fou à ces paysages sauvages qu’elle dépeint si précisément. Il faut souligner que la nature est omniprésente dans le récit ( ce qui est caractéristique du genre gothique), les paysages ont toute leur place et ils sont extrêmement variés. Le lecteur voyage ainsi parmi les versants abrupts des Pyrénées, porte son regard sur la plaine de la Garonne, traverse les Alpes, vogue à bord des gondoles de Venise et s’achemine péniblement à travers les forêts des Apennins vers le triste et lugubre château d’Udolphe. Les descriptions dans ce roman participent donc par leur puissance d’évocation à l’ambiance du récit, forêts sombres et sinistres, gouffres béants et précipices, éclairs illuminant les remparts délabrés d’un vieux château gothique. Pour ma part, je me suis régalée.

 

         3931314-medievale-du-chateau-dans-la-foret-france.jpg Passé les 200 premières ( et longues) pages, Emilie fait son entrée au château d’Udolphe. A partir de cet instant, Les mystères d’Udolphe s’est transformé pour moi en véritable page-turner, je n’arrivais plus à lâcher mon livre, n’allant me coucher le soir que lorsque mes yeux n’en pouvaient plus. Le côté mystérieux prend de l’ampleur, Ann Radcliffe insère plusieurs éléments propres à créer un climat d’angoisse. Habitués des thrillers, serials-killers, romans d’horreur en tout genre, ne vous attendez pas à retrouver vos frayeurs habituelles, on en est très loin !Notre société actuelle qui ne cache plus rien de l’horreur dont est capable l’être humain a tendance à rendre le lecteur un peu trop blasé et trop exigeant.

Il faut bien avoir à l’esprit que Les mystères d’Udolphe a été écrit au XVIII ème siècle et qu’Ann Radcliffe a placé son action au XVI ème siècle, les sensibilités étaient alors fort différentes et on s’émouvait de peu. Néanmoins, ceux qui comme moi, restent bon public et frissonnent rien qu’à l’idée de se retrouver seul en pleine nuit dans une vieille bâtisse, théâtre d’évènements inhabituels, devraient trouver leur bonheur. D’autant plus que le suspense est entretenu tout du long.

 

Quelle est donc cette forme humaine qui se promène la nuit sur les remparts ? Qu’est-ce qui se cache derrière le voile noir et qui fait trembler Emilie d’épouvante ? Qui est réellement celui qui la retient prisonnière et qu’attend-t-il d’elle ? Pourquoi des personnes disparaissent alors qu’elles passaient la nuit dans la chambre de la marquise, chambre condamnée depuis 20 ans ? Les questions s’accumulent et petit à petit les réponses viennent.  Ces réponses pourront surprendre voire en décevoir quelques-uns. En ce qui me concerne, j’ai beaucoup apprécié ces dénouements même si certains peuvent prêter à sourire ( non pas par le ridicule mais par l’humour ) et d’autres peuvent être jugés comme relevant de la facilité. J’ai trouvé que tout était cohérent, tout se tient et s’explique et surtout Ann Radcliffe n’a rien oublié. On obtient la solution à tous les mystères et bien que j’ai pu avoir parfois la puce à l’oreille, elle aura réussi à me berner quelques fois.

 

Quant aux personnages, on trouve du bon et du moins bon. Ce qui revient souvent dans les critiques concerne surtout l’héroïne Emilie de Saint-Aubert.

 

          J’avoue … Emilie pleurniche et se pâme à quasiment toutes les pages ce qui a le don d’exaspérer au début et puis … on s’habitue. Que les lectrices amatrices des héroïnes modernes fortes, féministes, blindées à toute épreuve et qui en remontrent aux machos passent leur chemin ou fassent preuve d’indulgence car Emilie n’est point de celles-là. Emilie a été élevée à l’abri du grand-monde et de ses vices. L’éducation de son père en a fait une jeune fille innocente ne connaissant que la bonté d’âme. Son aventure dans le roman fera son apprentissage et sera son rite de passage dans le monde adulte. Son parcours lui donnera plusieurs fois l’occasion de tomber dans le vice et dans les tourments des passions. Le thème de la chute est d’ailleurs répercuté dans les descriptions par les nombreuses mentions de précipices que les personnages devront traverser ou longer périlleusement, d’escaliers menant à de sombres caves ou souterrains, à des tombes et des caveaux.

 

          L’omniprésence de l’obscurité symbolisant le vice cherche à mettre en valeur cette quête de la lumière qui délivre des tourments. Emilie est prisonnière dans ce château comme elle est prisonnière de ses passions. Celui qu’elle aime, Valancourt, s’approchera, aussi, bien près de la chute. D’autres personnages en sont également l’illustration flagrante, notamment à travers les femmes, certaines ayant chuté par opposition à d’autres ayant su rester vertueuses. La romance pourra donc paraître un peu mièvre et niaise mais elle a une portée symbolique.

          Les mystères d’Udolphe est un roman d’apprentissage, il était destiné aux jeunes filles de bonne famille afin qu’elles en tirent un enseignement qui nous paraîtra peut-être bien naïf à nous autres du XXI ème siècle mais qui entrait pleinement dans l’instruction des jeunes demoiselles de la haute société à l’époque. Jeunes demoiselles souvent contraintes à des mariages d’intérêt à l’encontre de leurs sentiments et à mener une vie qu’elles auraient souhaiter autre. Roman à morale donc ( un peu comme les fables de La Fontaine) puisque Ann Radcliffe nous précise en guise de conclusion :

 

« Puisse-t-il du moins avoir été utile de démontrer que le vice peut quelque fois affliger la vertu ; mais que son pouvoir est passager, et son châtiment certain ! Tandis que la vertu froissée par l’injustice, mais appuyée sur la patience, triomphe enfin de l’infortune.

Et si la faible main qui a tracé cette histoire a pu, par ses tableaux, soulager un moment la tristesse de l’affligé, par sa morale consolante si elle a pu lui apprendre à en supporter le fardeau, ses humbles efforts n’auront pas été vains, et l’auteur aura reçu sa récompense. »

 

Roman magnifique donc à la plume délicieuse et toute en finesse, Les mystères d’Udolphe m’aura beaucoup surprise et m’aura totalement charmée par sa force d’évocation, j’y étais vraiment. Je le conseille vivement mais évitez absolument de lire la préface en premier, elle est truffée de spoilers qui vous gâcheront toute la lecture. En revanche, post-lecture elle s’avère très instructive.

 

Les avis de : Claudialucia (avec une intéressante mise en parallèle avec Northanger Abbey de Jane Austen) , Nathalie, Cléanthe

 

 

challenge pavé

 

J'ai bouclé le programme que je m'étais fait pour le challenge de Brize mais peut-être qu'il y aura encore un bon pavé avant la clôture du challenge. Je ne sais pas encore lequel mais ce n'est pas le choix qui manque !

 

Repost 0

Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :