Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 15:57

cartographie-des-nuages-3656313-250-400Après une grosse panne de lecture de près d’un mois, je reviens enfin à mes amours. Et pour les retrouvailles, j’ai choisi Cartographie des nuages de David Mitchell et bien m’en a pris car je me suis régalée !

 

De nombreuses critiques ont déjà loué l’originalité de la construction de ce roman mais il faut aussi souligner la cohérence de l’ensemble. David Mitchell a magistralement bien mené sa barque et il m’a bluffée non seulement par l’intelligence de son propos mais aussi par ses capacités à changer de genre et de style et tout ça de façon brillante.

 

Cartographie des nuages est une composition de 6 histoires qui semblent n’avoir rien en commun au premier abord mais qui sont toutes liées entre elles par une thématique commune, par certains éléments et par le fait qu’elles s’insèrent les unes dans les autres.

 

En lisant Cartographie des nuages, on ne lit pas un roman mais six et tous de genre différent.

Ainsi, vous aurez la joie de vous plonger dans un roman d’aventure maritime du XIXème siècle pour enchaîner avec un roman sentimental classique de l’entre-deux-guerres façon Stefan Zweig. Un thriller politico-industriel qui rappelle Erin Brockovich vous attend au tournant pour vous emmener ensuite en maison de retraite pour un roman plus contemporain s’inspirant du Misery de Stephen King à la sauce humoristique. C’est un roman SF dystopique qui vous accueille ensuite pour aboutir enfin à un récit post-apocalyptique qui m’a fait penser un peu au Déchronologue de Beauverger.

 

Des genres différents donc mais aussi des styles différents. David Mitchell utilise tous les outils possibles : le Journal, les mémoires, le genre épistolaire, la narration classique, l’interrogatoire, le discours oral etc… Et il adapte le langage à chacun : tantôt raffiné, tantôt prétentieux, ici humoristique et là jargonnesque. Un véritable exercice de style dont l’auteur se sort avec brio.

 

Bien qu’ils semblent totalement aux antipodes les uns des autres, chaque récit suit la même logique. David Mitchell utilise la carte de la réincarnation pour nous montrer à quel point l’Histoire se répète et à ça, son explication tient en une maxime de Hobbes «  l’homme est un loup pour l’homme ».

L’auteur nous en donne l’illustration à travers un même schéma : le rapport dominant-dominé, il nous démontre les mécanismes du pouvoir à travers plusieurs cas de figure : la colonisation des occidentaux et leur prétendue supériorité sur les autres « races », le pouvoir et l’emprise de l’amour et du jeu de séduction, la manipulation à des fins de réussite et de profit personnel, le pouvoir des grands lobbies industriels, la domination des plus jeunes sur les anciens jugés inutiles et encombrants, le pouvoir des peuples disposant des richesses et de la technologie sur ceux qui n’ont rien etc…

Chaque récit met donc en scène une ou plusieurs de ces formes de pouvoir et dans chaque récit, un ou plusieurs personnages tentent de se rebeller contre cet ordre établi et qui semble immuable et destiné à se répéter indéfiniment. Dans chaque exemple, toute tentative pour créer une situation d’égalité entre les hommes que ce soit par la religion ou par les lois semble vouée à l’échec. La nature humaine serait ainsi faite qu’elle se doit de dominer et d’écraser les plus faibles. Mais David Mitchell préfère conclure sur une note plus optimiste.

 

En revanche, ceux qui n’apprécient pas d’être interrompu en pleine intrigue risquent de grincer des dents. Le procédé, un peu façon Si par une nuit d’hiver un voyageur de Calvino, peut être frustrant mais pour ma part, j’ai adoré. Et les nombreuses références culturelles que ce soit cinématographiques, artistiques et littéraires sont très appréciables.

Donc voilà un roman brillamment orchestré, toute en intelligence. Les pages défilent et on ne s’ennuie pas un instant. L’impression de lire six romans dans des registres si différents est très agréable et motivante. Le propos est cohérent et même si certains rebondissements sont largement prévisibles, j’ai passé un excellent moment de lecture riche et divertissant.

 

Je vais essayer de voir le film prochainement mais j'ai assez peur d'être déçue ...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ameni 13/08/2013 22:27

Aha le fameux livre ! C'est devenu officiel après avoir lu ta critique, il me le faut. La différence de style entre les histoires me donne particulièrement envie d'ailleurs(c'est peut-être la
différence majeure avec le film : pas de différence de réalisation).
J'ai hâte de connaître ton avis sur le film.

Aaliz 14/08/2013 10:46



J'espère que tu l'aimeras autant voire plus que le film. Moi, je m'en voudrais à vie d'avoir vu "Shutter Island". J'aurais du lire le livre avant, maintenant ça ne me dit plus rien vu que je
connais déjà le fin mot de l'histoire.


Pour Cloud Atlas, je vais attendre que le livre s'estompe dans ma mémoire pour voir le film parce que sinon je sais que je n'irais pas au bout. ( 3 heures hein quand même ! )



missbouquinaix 07/07/2013 18:50

Je l'ai lu et vu, et les deux se complètent très bien ...

Aaliz 09/07/2013 21:12



Voilà qui me rassure ! Je vais essayer de trouver le film en streaming :)



jerome 03/07/2013 18:56

Je ne connaissais pas du tout, ça a l'air super original. De là à le lire, je ne sais pas si je franchirais le pas...

Aaliz 06/07/2013 12:16



N'hésite pas à le franchir, c'est vraiment une lecture agréable et idéale pour les vacances !



Supy 02/07/2013 17:09

J'ai lu le livre après avoir vu le film au cinéma pour me replonger une nouvelle fois dans l'histoire. Et finalement, contre toute attente, j'ai vraiment préféré le film. Il est beaucoup plus
fluide au niveau des différentes histoires et les liens se font beaucoup plus facilement. c'était la chose qui m'a rebuté dans le livre, avoir des parties bien définies, mais dans l'ensemble, les
deux sont excellents pour rêver.

Bonne continuation

Aaliz 09/07/2013 21:18



Merci.


C'est ça qui m'inquiète dans le film, que ça zappe trop rapidement d'une histoire à l'autre ( le contraire de toi en fait ), je perds vite le fil dans ces cas-là. Bon là tu me diras je connais
déjà l'histoire donc ça devrait aller !



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :