Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 11:56

dalrympleIl y a 4 ans, je préparais le concours du Capes en histoire et la question au programme d’histoire contemporaine portait sur l’empire britannique. En étudiant un tel sujet, on ne peut pas passer à côté de la colonisation de l’Inde et d’un événement marquant de cette période : la révolte des cipayes de 1857.

Cette mutinerie des soldats indigènes engagés aux côtés des britanniques fut une des premières manifestations du rejet de l’occupant et un fait précurseur dans le développement du mouvement nationaliste indien . Trois raisons sont généralement invoquées pour expliquer la rébellion des soldats : l’envoi de certains d’entre eux outre-mer ( en contradiction avec le système de caste pour les Hindous), l’annexion d’une région dont d’autres étaient originaires et enfin l’utilisation d’un nouveau fusil obligeant les cipayes à retirer les cartouches avec leurs dents alors que celles-ci sont enduites de graisse animale.

Mais bien avant ces faits déclencheurs, le ver était déjà dans le fruit. Le mécontentement grondait déjà au sein des rangs. En effet, nombre d’entre eux étaient des survivants de la première guerre anglo-afghane de 1839-1842 qui fut un véritable désastre tant en pertes humaines qu’en prestige pour l’empire. Dans les manuels de concours, cette guerre n’était que très brièvement évoquée comme si elle n’était qu’un événement annexe et secondaire.

Je suis stupéfaite, après ma lecture du récit époustouflant de William Dalrymple, de constater à quel point cette guerre était très loin d’être une petite opération sans importance mais un véritable revers pour la politique, la diplomatie et la grandeur de l’empire !

 

durrani-Shuja.jpgEn 1809, le Shah Shuja qui règne sur ce qui n’est alors que le royaume de Kaboul ( et non encore l’Afghanistan tel qu’on le connaît) est chassé de son trône par Dost Muhammad Khan représentant de la famille rivale à celle régnante. Le Shah s’abrite d’abord au royaume Sikh dont le roi le dépouille de ses biens avant de l’emprisonner. Shah Shuja parvient tout de même à s’enfuir et se réfugie sous la protection des britanniques alors bien installés en Inde. En Asie, la Russie et la Grande-Bretagne sont donc les deux puissances dominantes. L’influence des russes à la cour persane inquiète les britanniques, ils croient leurs possessions asiatiques menacées. Commence alors le Grand Jeu.

Le Shah de Kaboul est une aubaine pour les britanniques qui voient là le moyen de faire de l’Afghanistan un état-tampon qui les protégerait d’éventuelles attaques russes. Sous la pression de fausses rumeurs propageant l’idée que l’armée russe va marcher sur Kaboul, le gouverneur en poste de la compagnie des Indes, George Auckland, prend alors la décision d’aider Shah Shuja à retrouver son trône, le roi afghan devenant ainsi une marionnette aux mains de ses protecteurs. Mais Auckland ne sait pas encore dans quel bourbier il est allé se fourrer !

 

Dans Le retour d’un roi, William Dalrymple fait de cette première guerre anglo-afghane une grande fresque historique absolument passionnante et richement documentée. Il inclut dans son récit des extraits de correspondances, de mémoires, de journaux, de chroniques, aussi bien britanniques qu’afghanes. En effet, William Dalrymple est historien. Pour écrire ce récit, il s’est rendu sur place et a trouvé au fin fond d’une librairie une série de sources afghanes oubliées de l’historiographie occidentale jusqu’alors essentiellement orientée du point de vue britannique. Ces nouvelles sources ont permis de mieux connaître la vision afghane du conflit, de mieux comprendre les motifs et enjeux de la rébellion. Lorsque les multiples versions d’un fait divergent, il les présente toutes en les critiquant et en proposant celle qui lui paraît être la plus pertinente. L’ouvrage est également agrémenté de cartes, plans, illustrations, de biographies et d’une longue et riche bibliographie. Il ne s’agit donc pas d’un roman mais bien d’un récit basé sur des faits vérifiés, aucun détail n’est fictionnel et pourtant le tout se lit comme un roman :

 

“The aim is to get something that, while strictly non-fiction, from what is strictly in the archives, reads like fiction.”

“You can't say 'It was a sunny day' unless something in the archives says that the sun was shining on that particular day.”

 

Le récit est donc constitué de nombreux extraits de ces archives plongeant le lecteur au coeur de l’événement. William Dalrymple rend ainsi la vie à tous ces protagonistes en nous faisant partager leurs pensées et sentiments les plus intimes ainsi que leur vision des faits auxquels ils assistent et participent.

 

bolanpass.jpgAprès avoir lu Le retour d’un roi, il est difficile de ne pas voir en cette guerre entre britanniques et afghans un précédent de celle survenue récemment. Dans son dernier chapitre, William Dalrymple revient sur les similitudes et les différences entre ces deux conflits. Mais à travers l’histoire de ce pays, une constante se dégage : celle d’un peuple qui refuse obstinément et à raison une ingérence étrangère dans les affaires de son pays. Les caractéristiques extrêmes de son relief, de sa géographie, de ses populations sont un avantage indéniable pour ses dernières qui maîtrisent très bien le terrain. La méconnaissance des us et coutumes, de la vie des habitants et tout simplement du pays est un lourd handicap souvent déterminant. Ce qui a fait dire au major Broadfoot : « Nous échouons par ignorance. »

 

Par ignorance mais aussi par excès d’orgueil et d’incompétence. J’ai été sidérée de voir à quel point le pouvoir britannique a accumulé les erreurs stratégiques. Les officiers les plus compétents étaient écartés au profit d’autres totalement incapables et ignorants des questions afghanes. Ces mêmes officiers ont conduit l’armée britannique à la déroute la plus complète par leur obstination à ne pas écouter les conseils de leur entourage et notamment ceux de Shah Shuja qu’ils estimaient faible et inapte à gouverner. Pourtant le monarque s’est révélé bien plus perspicace que prévu.

 

Après avoir lu Le retour d’un roi et effrayé par sa lecture et les analogies entre sa situation et celle de son prédécesseur, le président Hamid Karzai invita William Dalrymple à Kaboul :

 

"Karzai called me to Kabul during Ramadan last year to talk to him about his forbear, Shah Shuja"

"Karzai refuses to be the West's puppet as he's determined not to repeat the mistakes of his ancestor"

 

Le plus extraordinaire est de constater l’impact qu’a eu cette lecture sur le président. William Dalrymple a même été contacté par l’ambassadeur britannique en place à Kaboul pour l’informer du durcissement des relations. A la suite de sa lecture, le président Karzai était devenu plus intransigeant.

 

Dost-Mohammad-Khan.jpgWilliam Dalrymple nous apprend également que cette guerre est restée très vivace dans les mémoires afghanes. Tout afghan connaît le nom des principaux protagonistes là où les britanniques les ont jetés aux oubliettes. Le chef spirituel des talibans, le mollah Omar, a d’ailleurs entériné sa prise de pouvoir par un geste identique à celui de Dost Mohammad Khan dans les mêmes conditions. Un autre aspect étonnant et qui conforte la ressemblance entre les deux situations est la configuration tribale de l’Afghanistan qui est sensiblement identique aux deux époques. D’ailleurs le mollah Omar est rattaché à la famille des Ghilzai, belle-famille de Dost Mohammad Khan tandis que le président Karzai est, lui, descendant du Shah Shuja. On comprend d’autant plus l’effet qu’a pu avoir l’histoire du Shah sur lui.

 

Le retour d’un roi est donc le résultat d’un travail de recherche et confrontation des archives remarquable et rigoureux . Ce récit historique magistral offre pour la première fois un regard inédit et complet sur la première guerre anglo-afghane qui régalera tous les amateurs de grandes fresques historiques ainsi que tous ceux qui s’interrogent sur l’Afghanistan.

 

Un immense merci à Babelio et aux éditions Noir sur Blanc pour cette fabuleuse lecture enrichissante !

Et bravo aux éditions Noir sur Blanc pour le travail d'édition remarquable. Le livre est magnifique avec un papier de qualité et un encart central contenant de très belles illustrations.

 

coup-de-coeur-cerise-copie-1.jpg

 

http://vimeo.com/98909818 intervention de William Dalrymple au festival Etonnants Voyageurs 2014

 

La page consacrée à ce livre sur le site des éditions Noir sur Blanc

 

 

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 14:02

lapierre.jpgDans ce très beau roman historique, Alexandra Lapierre nous emmène voguer vers les îles du Pacifique et nous fait rencontrer Isabel Barreto la première femme espagnole à avoir commander à plusieurs navires.

Elle permet surtout de sortir de l’oubli ces explorateurs espagnols qui, partant des côtes péruviennes et chiliennes, ont exploré et découvert aux XVI-XVIIème siècles, bien avant leurs plus illustres successeurs Cook ou encore Bougainville, les îles Marquises et les îles Salomon.

 

Alexandra Lapierre nous fait revivre l’incroyable vie et l’incroyable aventure qu’ont vécue Dona Isabel et ses deux époux, tous deux navigateurs et explorateurs.

Les sources étant partiales, l’auteur a choisi de nous brosser un portrait assez neutre de cette femme exceptionnelle mais au caractère bien trempé. Ni sympathique ni antipathique, le personnage reste, sous la plume d’Alexandra Lapierre, un être humain avec ses qualités et ses défauts que l’on admire et que l’on déteste à la fois.

 

Le travail de recherche extrêmement documenté redonne vie à un décor oublié, retrace la vie des colons et des indigènes du Pérou, des comptoirs marchands du Pacifique, ainsi que les conditions de vie extrêmes à bord des navires de commerce et d’exploration et les difficultés du contact avec les populations des îles.

 

La narration se fait selon plusieurs procédés dont j’ai trouvé certains maladroits et superficiels notamment au tout début lorsque la sœur d’Isabel se raconte la vie de sa sœur à elle-même. Heureusement, l’auteur change rapidement de procédé narratif et on s’immerge d’autant plus facilement dans cette fabuleuse histoire. L’intrigue est d’ailleurs très bien amenée et commence dans un couvent péruvien que l’auteur a elle-même visité lors de ses recherches. Elle parvient à ménager le suspense et c’est non sans émotion que j’ai tourné la dernière page.

 

Alexandra Lapierre prend aussi la peine de nous expliquer sa démarche et de nous fournir des cartes et toute une liste de sources documentaires.

 

Roman historique et d’aventure très réussi, Je te vois reine des quatre parties du monde est un roman à découvrir que je vous conseille fortement.

 

 

Alvaro de Mendana :                                                Isabel Barreto :

Alvaro_de_Mendana_de_Neyra.gif

Isabel-de-Barreto.jpg

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 22:19

croissant.jpgPourquoi n’y-a-t-il aucun arabe ou musulman de France ou du Maghreb parmi les Justes ?

Voilà la question que s’est posée Mohammed Aïssaoui et à laquelle il a tenté de répondre dans ce très court ouvrage.

Il s’intéresse alors à la figure de Si Kaddour Benghabrit fondateur de la Grande Mosquée de Paris, figure qui va lui servir de fil rouge durant toute son enquête. Car la légende prétend que la Grande Mosquée aurait servi à abriter plus de 1700 personnes durant cette période obscure de l’occupation allemande.

Documentaires vidéos, archives, témoignages sont les matériaux sur lesquels se base Mohammed Aïssaoui. Cela semble prometteur et pourtant … Les documentaires sont trop peu nombreux sur le sujet et n’ont pas suscité d’intérêt qui aurait permis des enquêtes plus approfondies. Pis ! Les témoins auxquels ils font référence sont aujourd’hui disparus. Il faut retrouver leur famille, des descendants, des proches susceptibles d’apporter leur pierre à l’édifice. Malheureusement, soit on ne trouve personne, soit elles ne savent rien, soit elles refusent de parler.

 

Petit à petit toutefois, Mohammed Aïssaoui glane quelques informations, quelques anecdotes, qui à défaut de prouver ce qui reste pour l’instant des rumeurs, montre que oui, Si Kaddour a aidé des juifs qui lui avaient demandé sa protection.

Par sa position de diplomate, l’homme avait le bras long et ses interventions ont été salutaires. Son entreprise de récupération de l’hôpital franco-musulman de Bobigny qui était tombé aux mains des allemands a permis de sauver nombre de gens. En effet, l’hôpital et son personnel était un maillon de la Résistance et ont délivré faux papiers et faux certificats permettant ainsi à plusieurs personnes d’échapper à la gestapo.

Mohammed Aïssaoui rencontre également des personnalités et c’est ainsi qu’il nous livre l’histoire des parents de Philippe Bouvard. On croise aussi celle du roi Mohammed V dont la volonté affichée de protéger la communauté juive de son royaume n’est plus à prouver. Et pourtant, aucune trace de lui parmi les Justes.

 

Pourquoi de tels « oublis » ? Et pourquoi ces réticences face à la démarche de Mohammed Aïssaoui ? Pourquoi cette minimisation de l’action de Si Kaddour par ses successeurs ? L’homme avait semble-t-il de nombreux détracteurs au point d’être accusé de collaboration.

Car, des arabes et des musulmans collabos, il y en a eu. Pour preuve la création de cette légion SS musulmane et de la Brigade nord-africaine très liée avec la Gestapo.

 

Voilà un petit livre utile qui m’aura appris beaucoup de choses encore une fois sur cette sombre période. Mohammed Aïssaoui rend bien compte de la difficulté du devoir de mémoire confronté à la progressive disparition des témoins, à cette obstination du silence, à ces sources qui se contredisent.

On ressort de la lecture aussi frustré que notre enquêteur. Tout comme lui, on espère trouver les preuves irréfutables, le témoin qui fera toute la lumière. Mais on doit se contenter de ce qu’on trouve.

Petit bémol : la présentation qui suit certes l’enquêteur au fil de ses rencontres mais donne une impression de fouillis. J’aurais aimé quelque chose de plus construit.

 

Merci à Lise et aux éditions Folio.

 

 

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 00:34

edgar.gifAvant de lire ce roman de Marc Dugain, j’avais une image très négative d’Edgar Hoover. Je le voyais comme un homme prêt à tout pour le pouvoir, un manipulateur sans foi ni loi, sans scrupules.

Je dois reconnaître qu’après ma lecture, j’ai du revoir mon jugement.

 

Dans La malédiction d’Edgar, Marc Dugain retrace la carrière d’Edgar Hoover à la tête du FBI, carrière débutée sous Roosevelt et terminée sous Nixon, voyant défiler les présidents là où il a su conserver son propre fauteuil durant toutes ses années.

Peut-être a-t-il pensé à viser lui-même la Maison Blanche mais il s’est vite rendu compte que le véritable pouvoir n’était pas dans les mains de l’occupant du bureau ovale.

 

J’ai finalement découvert un homme attaché à ses principes, à sa patrie, à ses idées et ses valeurs. Il avait une certaine conception de son pays et lui a consacré sa vie. Ses actions, décisions ou choix étaient principalement orientés vers un but : l’intérêt du pays, en tout cas, à ce qu’Edgar estimait bon pour son pays. Pour y parvenir, il a compris que sa place lui permettait de tirer toutes les ficelles nécessaires d’où son acharnement à la conserver.

 

« L’électeur nous laissera toujours le sale boulot. Il sait bien que là-haut les choses ne sont pas si claires. Mais il ne sait pas toujours à quel point. Quand il le découvre, il fait mine de s’en offusquer. Mais tant qu’il est devant son téléviseur avec une bière bon marché et qu’il y a de l’essence dans le réservoir de sa voiture, il est plutôt satisfait que d’autres fassent ce sale boulot à sa place. Il est comme tout le monde, pris entre le rêve et la réalité. Le rêve c’était Kennedy, mais notre pays n’avait pas les moyens de rêver plus longtemps. Il y a toujours eu deux types de personnes dans nos métiers. Ceux qui veulent se faire aimer et ceux qui s’en moquent. Edgar et moi avons fait partie de la deuxième catégorie. Le pouvoir au fond, c’est faire ce qui est dans l’intérêt de la nation et ne lui faire savoir que ce qu’elle peut entendre. »

 

Plus que l’histoire d’un homme, ce roman raconte aussi l’histoire des Etats-Unis mais du point de vue des hautes sphères : guerres mondiales, chasse aux sorcières et maccarthysme, guerre froide, crise de Cuba, assassinats des Kennedy etc… Le lecteur entre dans les coulisses, voit l’envers du décor : magouilles, écoutes illégales, dossiers et enquêtes sur tout le monde, entente avec la mafia, le véritable visage de la famille Kennedy …

 

« Dans le cercle du pouvoir, il n’y a aucun secret, seulement des types qui font semblant de ne pas savoir. »

 

« Faire de la politique, c’est se mettre bien avec ceux qui mènent le monde, ceux qui décident, ceux qui ont le pognon. Si tu veux les ignorer, il ne te reste plus qu’à conquérir le peuple avec des grandes idées. Mais quand tu l’as endormi avec des leçons de morale de merde, il faut que tu sois toi-même irréprochable, tu comprends ? »

 

L’histoire, la grande comme la petite, nous est narrée par le bras droit d’Edgar Hoover. Marc Dugain utilise le procédé du livre dans le livre. Son roman s’ouvre donc sur la mise en scène d’un homme chargé d’effectuer des recherches pour un film, il s’intéresse alors à un manuscrit dont l’authenticité n’est pas attestée : les Mémoires de Clyde Tolson, numéro deux du FBI, mémoires insérées dans le roman.

L’ennui c’est qu’à la fin de ma lecture, je m’attendais à retrouver cet homme mais le roman s’achève avec les Mémoires de Tolson. J’ai eu donc comme un léger goût d’inachevé.

 

Malgré ce petit bémol, j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui permet de réviser l’Histoire contemporaine sous un angle différent. Le roman est richement documenté, Marc Dugain s’étant appuyé sur de la documentation d’époque et sur une solide bibliographie. Bien entendu, il faut garder à l’esprit que certaines révélations dans le roman restent de l’ordre de l’hypothèse et que le point de vue narratif choisi par l’auteur ne révèle que subjectivement et partiellement la personnalité de Hoover.

Et bien que ce dernier ait été une crapule misogyne, raciste et antisémite, le portrait qu’en fait Marc Dugain, forcément positif car vu par une personne qui l’admirait, le rend plus humain et presque sympathique. En tout cas, je ne le considère plus du tout de la même façon.

 

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 11:10

Rufin_le_grand_coeur.jpgJ’ai beau avoir fait des études d’histoire, je ne vous cache pas que j’ai encore de grossières lacunes sur quelques points de l’histoire de notre beau pays, quelques zones troubles que je n’ai pas toujours le courage ni la motivation d’éclaircir. Alors quand je tombe sur un roman historique qui se charge de faire une bonne partie du travail pour moi, je saisis l’occasion. Et quand le dit roman est en plus un excellent roman alors je me régale.

 

Je n’avais encore rien lu de Jean-Christophe Rufin. Le personnage dont il a choisi de faire le sujet de son roman était pour moi assez flou. Je savais que Jacques Cœur avait été un grand marchand de la fin du Moyen-Age et qu’il s’était considérablement enrichi mais mes connaissances s’arrêtaient là.

 

Jean-Christophe Rufin a su faire de cette biographie romancée une œuvre très documentée qui nous renseigne non seulement sur son sujet principal mais sur toute une période.

Jacques Cœur a vécu sous le règne de Charles VII, nous sommes donc à la fin de la guerre de Cent ans. Le monde féodal, celui des grands princes, des seigneuries, de la chevalerie s’efface pour laisser place aux prémisses du monde moderne et de la Renaissance. Le personnage de Jacques Cœur illustre parfaitement cette transition entre ces deux grandes périodes. Il incarne l’homme nouveau, le bourgeois qui peut s’élever jusqu’aux plus hautes sphères de la société et même du pouvoir par sa seule valeur, sa seule intelligence, son seul travail et non plus grâce à sa naissance et la renommée de sa famille. Il voyage beaucoup et ouvre la France sur le monde grâce au réseau constitué par son entreprise commerciale. C’est de ses voyages qu’il rapporte son goût pour les arts et qu’il introduit la pratique du mécénat. Le palais qu’il fait édifier à Bourges représente parfaitement la liaison architecturale entre Moyen-Age et Renaissance.

 

 

IMG1734.jpg

        54_palais_jacques_coeur.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        

             Palais de Bourges façade Renaissance                         Palais de Bourges façade médiévale    

 

 

De même, Charles VII annonce ce que sera le roi moderne, entouré de conseillés choisis pour leurs compétences, et de favorites officielles comme le sera Agnès Sorel.

 

Agnes-Sorel-par-Jean-Fouquet-.jpg

Agnès Sorel par Jean Fouquet

 

Jean-Christophe Rufin a choisi de présenter son roman sous la forme des Mémoires de Jacques Cœur. Le texte est donc rédigé à la première personne et alterne entre les instants auxquels Jacques écrit et ses souvenirs.

 

« Je pensais à l’Hadrien des « Mémoires » et je commençai à prendre des notes en vue d’une œuvre de la même inspiration que celle de Marguerite Yourcenar, sans prétendre égaler son génie. »

 

L’auteur précise bien dans une postface qu’il a rigoureusement respecté les évènements de la vie de Jacques Cœur se contentant de romancer la vie privée et intime de Jacques, ses pensées, ses amours …

Le contexte politique, économique, diplomatique est scrupuleusement respecté et comme je l’ai dit très bien décrit et analysé. L’auteur montre bien la place périlleuse de Jacques coincé entre la politique et le commerce, l’un n’étant pas toujours en faveur de l’autre. Mais Jacques a fait les choix nécessaires pour redresser le pays, en faire un royaume riche et unifié, doté d’une armée de métier moderne. Il a consacré sa vie à cette tâche oubliant de vivre pour lui-même.

 

« Les rêves de jadis avaient porté tant de fruits qu’ils étaient désormais ensevelis sous un quotidien étouffant de papiers et d’audiences. Ce que d’autres enviaient comme un succès était pour moi une servitude. »

 

«  J’étais un homme de confiance du roi, je contrôlais un immense réseau d’affaires. Et pourtant, je ne cessais d’espérer qu’un jour on me rendrait à moi-même. »

 

Le lecteur pourrait craindre une lecture monotone mais il n’en est rien. Sentiments, intrigues, suspense, la vie de Jacques a été assez riche et « romanesque » pour que le lecteur dévore ce livre avec avidité.

Je suis sortie de cette lecture très heureuse d’en avoir appris autant surtout lorsque les connaissances passent par une écriture aussi fine, précise et un ton aussi juste qui nous rendent le Grand Cœur attachant et admirable.

Moi qui en plus adore les histoires d’ascension sociale, j’ai été gâtée. Le personnage se prête bien à toute une réflexion sur le pouvoir et la réussite sociale. La conclusion est, comme bien souvent, toujours la même : le pouvoir exige des sacrifices et en premier lieu exige de sacrifier sa liberté.

 

FOUQUET-PORTRAIT-OF-CHARLES-VII--LOUVRE.JPG

Charles VII par Jean Fouquet

 

Jacques Cœur a donc eu un rôle bien plus grand et important que celui qu’on lui laisse dans les manuels scolaires. Jean-Christophe Rufin a voulu effacer la fausse image d’un intrigant parvenu et « dresser un tombeau romanesque » à celui qui a su réaliser ses rêves. Et il y est brillamment parvenu.

 

maison.jpeg

Maison natale de Jacques Coeur à Bourges

 

Un grand merci à Stellade pour cette LC.

L'avis de Stellade et celui de Licorne.

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 17:32

lawrenceMes parents étant « fatigués de voir toujours les mêmes vieux clous à la télé », je suis passée à côté de nombreux films cultes dont le célèbre « Lawrence d’Arabie » avec Peter O’Toole et Omar Shariff. De l’homme en question, je ne savais pratiquement rien si ce n’est qu’il avait dirigé la révolte arabe contre l’empire ottoman pendant la première guerre mondiale. J’ai heureusement eu l’occasion d’en apprendre plus grâce à cette biographie par Michel Renouard.

 

Résumé de la biographie en quelques lignes ( passez à la prochaine ligne en bleu si vous ne souhaitez pas le lire)


Thomas Edward Lawrence méritait effectivement un film tellement sa vie est hors du commun et lui-même était un personnage hors-norme. Par sa famille déjà, il est issu de l’amour interdit entre son père et une gouvernante, il héritera d’ailleurs du patronyme de son grand-père maternel ( son père était un Chapman). Thomas Edward aura une enfance nomade puisque sa famille déménagera à de nombreuses reprises. Plus tard, il gardera son goût des voyages, fera le tour de la France en bicyclette pour en visiter et dessiner les châteaux forts, parcourra la Syrie seul et par ses propres moyens. Brillant étudiant, Lawrence est un surdoué, il est passionné d’Histoire, de littérature, de langues, de dessin, de photographie, de mécanique et de vitesse. Seulement il est allergique à toute discipline et toute forme de règlement. C’est un solitaire qui aimerait vivre retiré du monde à tel point qu’il en aura le projet de fonder une abbaye et que, plus tard, il décidera de s’engager dans la RAF pour y vivre dans son cocon militaire à l’abri du monde extérieur.

 

Il est bien vite repéré pour ses capacités par celui qui sera son mentor et auquel il devra son avenir : David George Hogarth brillant archéologue mais aussi agent de renseignement au service de Sa Majesté. Voilà Lawrence envoyé en Turquie sur le site hittite de Karkemish afin d’y procéder à des fouilles. Comme par hasard, tout proche du site, les turcs s’activent à la construction d’une voie ferrée permettant de relier Berlin à Bagdad. Plus tard, c’est en Egypte que Lawrence est envoyé chargé d’effectuer des relevés topographiques.

 

bédouinsD’agent de renseignement, il devient leader de la révolte arabe. Doué en psychologie, il s’entoure des meilleurs : Fayçal, le fils du roi Hussein, mais aussi Jaafar Pacha et Auda Abu Tayi qui seront ses meilleurs chefs militaires. Lawrence parvient à fédérer les nombreuses tribus arabes dont certaines sont pourtant en guerre depuis des siècles et pour cela, il en paie parfois le prix fort contraint d’arbitrer les querelles et de prendre des mesures extrêmes. Lawrence et ses compagnons s’illustrent par leurs faits d’armes : bataille du rail, prise d’Aqaba. Malheureusement ils échouent à Deera où Lawrence est fait prisonnier par les Turcs, torturé et violé. Cet épisode restera pour lui un traumatisme. Jérusalem tombe aux mains des britanniques puis toute la Syrie. La main mise britannique sur cet espace est une réussite et Lawrence en est l’un des principaux responsables.

 

La première guerre mondiale terminée, l’empire ottoman est démembré, Lawrence est accueilli en héros par les plus grands noms de la politique anglaise dont le roi George V. Mais Lawrence refusera d’être anobli et décoré. Il préfère intégrer la RAF mais incognito en tant que simple soldat. Il se verra confier d’autres missions ( même en Inde) jusqu’à son retour définitif sur le sol britannique où il travaillera à la rédaction de plusieurs ouvrages dont le plus célèbre Les sept piliers de la sagesse , œuvre autobiographique, mais aussi La matrice, ouvrage sur les débuts de la RAF, grâce à sa maîtrise du grec ancien il sera chargé également de traduire L’Odyssée.

Un tragique accident de moto privera l’empire d’un de ses plus brillants sujets.

 

Fin du résumé

 

lawrenceofarabiaJ’avoue avoir été sous le charme de cet incroyable personnage qu’était Thomas Edward Lawrence avec lequel je me suis trouvée des points communs. Je ne reviendrais pas sur les accusations d’homosexualité ou de masochisme que je trouve fondées sur du vent. Certes, Lawrence avait un rapport particulier au corps qu’il détestait, préférant s’en détacher, il aurait aimé se résumer à une entité purement spirituelle.

Volontiers provocateur, il n’en faisait qu’à sa tête et se moquait éperdument de la hiérarchie. Petit exemple :

 

« Louis Massignon ajoute : « Ayant une grande cour à traverser sous les yeux des officiers, je fis signe à Lawrence de rattacher sa patte d’épaule gauche :  « Pensez-vous que j’aie pour ces gens la moindre considération ? » dit-il ; et il fit à ce moment-là, le geste d’ouvrir son pantalon pour uriner face à l’état-major. »

 

 

statue scottC’est un magnifique ouvrage que nous propose Michel Renouard. Le style est limpide, agréable, non sans humour. Le récit est truffé d’anecdotes croustillantes tant concernant notre sujet principal mais aussi sur plein d’autres sujets. On apprend par exemple que Lewis Carroll avait un loisir que la morale réprouve, que Auda Abu Rayi cassa volontairement son dentier ( de fabrication turque) pour le remplacer par un dentier britannique, que le frère de Thomas Edward ( réputé pour sa grande beauté) a servi de modèle pour une statue exécutée par l’épouse du célèbre explorateur Robert Scott, que le petit-fils d’Abdel Kader ( oui oui celui qui résista contre les français en Algérie) était un traître et bien d’autres choses encore.

 

Michel Renouard parvient à retracer brillamment le contexte géopolitique, pourtant très complexe, ainsi que les enjeux de pouvoir entre les grandes puissances occidentales mais aussi toute l’ambiance de cette époque : on y croise les plus grands écrivains, hommes politiques et autres personnages emblématiques de l’empire britannique.

 

Il base son travail sur une abondante bibliographie ( que l’on retrouve en fin de volume) et cite intelligemment Lawrence lui-même à travers des extraits des Sept piliers de la sagesse.

Il revient sur la construction du mythe autour de Lawrence, nous explique le rôle des journalistes dans la naissance de cette légende et démontre finalement que Thomas Edward n’était pas le « Lawrence d’Arabie » image fabriquée par les médias et le cinéma.

 

Autre plus de cet ouvrage : une chronologie récapitulative ainsi que de nombreuses photos, certaines prises par Lawrence lui-même.

Seul bémol : l’absence de cartes qui auraient vraiment été très utiles.

 

J’ai appris énormément grâce à ce livre qui rend un bel hommage en toute objectivité à cet homme exceptionnel qu’était Thomas Edward Lawrence. Moi qui suis un peu frileuse face aux biographies que je trouve généralement trop austères, noyées dans des détails et des notes de bas de pages, celle-ci fait exception par sa clarté et sa grande fluidité de lecture. Je vous la recommande chaudement.

 

Un grand merci au forum Livraddict ainsi qu'aux Editions Folio pour ce partenariat très enrichissant.

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 01:54

la chambre des damesCe roman traînait dans ma bibliothèque depuis quelques années déjà. Pourtant j’ai une grande prédilection pour les romans historiques et je n’avais entendu que du bien au sujet de celui-ci. Mais quand bien même, il m’aura fallu l’occasion d’une lecture commune pour me décider enfin à l’ouvrir. Et je n’ai pas compris. Non, je n’ai pas compris pourquoi ce roman suscite autant l’engouement car, pour ma part, j’ai été plutôt déçue. Je déconseille donc à tous ceux qui ont adoré La Chambre des Dames de poursuivre la lecture de ce qui suit sous peine de brusques et désagréables hausses de tension nerveuse.

 

Nous voilà donc plongés au cœur du Moyen-Age sous le règne de Saint-Louis, nous entrons dans l’intimité d’une famille de la bourgeoisie parisienne : les Brunel. L’intrusion d’un jeune homme dans la vie de cette gentille honnête famille sans problèmes va bouleverser ce gentil petit monde.

 

Je me suis profondément ennuyée pendant une grande partie du livre, au moins la moitié. J’ai trouvé l’intrigue inconsistante et insipide. Elle se résume à des histoires de coucheries sans grand intérêt mettant en scène une famille dont la mère est obnubilée par le sexe ( son pauvre mari ne peut plus assumer son devoir conjugal, sait-il seulement, le malheureux, qu’il y a tout de même quantité de façons de donner du plaisir à sa femme ? ), la fille aînée se marie avec un gentil poète qu’elle trompera avec le cousin de ce dernier, la fille cadette se fait agressée, violée et séquestrée par un vilain méchant grossier personnage etc… etc…

J’ai donc eu du mal à m’attacher aux personnages. La mère avec ses airs de nymphomane me faisait rire tellement elle était ridicule, la fille aînée ne semble pas savoir ce qu’elle veut et le pire de tous : Guillaume, celui par qui le malheur arrive, que j’avais en horreur. Personnellement, je rencontre un type comme ça dans la vraie vie, je fuis en courant ! Mais ici non, toutes ces dames se pâment devant ce type têtu, violent et qui mériterait bien quelques séances chez un psy.

Cependant, l’auteur en fait l’incarnation même de la tentation et de la passion par opposition au mari vertueux, cette passion que Florie devra combattre se demandant s’il s’agit de passion amoureuse ou de simple tentation de la chair.

 

La plupart des rebondissements sont largement téléphonés même si on a quand même quelques surprises de temps à autre. Ça s’arrange un peu dans la seconde moitié qui a un peu plus éveillé mon intérêt et ma curiosité.

Mais dans l’ensemble, j’ai trouvé le tout niais et peu crédible. Tout tourne autour des histoires de tromperies alors qu’il y avait largement matière à donner un peu plus d’intérêt à tout ça, en exploitant un peu mieux par exemple la séquestration de Clarence et la poursuite de son agresseur (traitée trop rapidement à mon goût ), ou encore en ajoutant une intrigue annexe basée sur la profession du père ( qui est orfèvre et répond souvent à des commandes royales), ou encore en narrant les aventures du frère aîné parti en croisade.

 

Alors certes, cela a déjà été salué, l’auteur maîtrise parfaitement le cadre historique de son histoire et retranscrit à merveille l’atmosphère, les coutumes de l’époque. Mais malheureusement, cela est desservi par un style que j’ai trouvé indigeste. Jeanne Bourin adore les accumulations, elle nous en sort à chaque page. J’ai eu parfois l’impression de lire des inventaires. Lorsqu’elle décrit un jardin, on se croirait en train de feuilleter un catalogue horticole.

 

Quelques exemples :

 

« Les bruits de la maison dont on distinguait la façade au-delà des massifs de lauriers, de buis, d’aubépines, de fougères, disposés de façon à composer un rideau de verdure isolant le jardin des mouvements de la demeure, les échos du souper qu’on préparait à la cuisine, les voix de Jeanne et de Marie jouant auprès de leur nourrice, dans le verger voisin où elles passaient le plus clair de leur temps, les aboiements des lévriers, les cliquetis, les hennissements dont retentissaient les écuries, tissaient autour de Mathilde une rumeur éparse, familière qui l’enveloppait d’une présence rassurante. »

 

« Ils étaient une centaine, partis quatre jours plus tôt de Paris, à pied, à cheval, à dos d’âne ou de mulet, qui cheminaient ainsi vers le tombeau de Saint-Martin pour implorer un miracle, accomplir un vœu, ou rendre grâce d’un bienfait. Ils avaient déjà vu se succéder le soleil, la pluie, les brumes du matin, les crépuscules fauves, la tiède chaleur des derniers jours d’automne précédée et suivie de l’aigre haleine des aubes et des soirs. »

 

Mais stop ! Stop ! C’est lourd ! C’est trop ! Pitié !

Est-il vraiment nécessaire de faire aller verbes, noms, adjectifs par deux voire plus ? Craignent-ils donc la solitude ?

 

En plus de ça, l’auteur a la maladresse de placer dans ses dialogues des informations qui n’ont rien à y faire, ce qui rend ces dialogues lourds et absolument pas naturels.

 

Je suis quand même parvenue à aller au bout de ma lecture par curiosité mais je renonce à lire le deuxième tome. J’ai lu trop de bons romans historiques qui m’ont vraiment enthousiasmée pour pouvoir apprécier celui-ci malgré sa rigueur historique.

 

Les avis de : A-Little-Bit-Dramatic, Parthenia, jelydragon

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 00:58

pain-amer.jpg4ème de couverture :

 

Ils étaient des milliers à avoir fui la révolution bolchevique et la guerre civile. En 1946, auréolé de sa victoire sur le nazisme, Staline les rappelle à la mère patrie : l’URSS. Ils seront quelque quatre à six milles « Russes blancs » exilés à suivre l’étoile rouge et les promesses du Petit Père des peuples.

Parmi eux, Marina qui, bien que se sentant française, suit les siens dans leur voyage de retour. Elle laisse Marc, son grand amour, certaine de revenir bientôt sur la Côte d’Azur, l’épouser. Pour l’instant, un long périple l’attend. Elle ne se doute pas qu’une fois arrivée, se dressera entre elle et ses rêves d’avenir le mur du totalitarisme.

 

 

Mon avis :

 

Bien que d’une façon générale je déteste l’Histoire contemporaine, je porte tout de même un grand intérêt à tout ce qui concerne l’Histoire de l’URSS et à sa terrible expérience du communisme. Aussi lorsque je suis tombée par hasard sur Pain amer, le résumé m’a tout de suite attirée.

 

Pain amer raconte l’histoire d’une famille d’exilés russes ayant fuit la révolution de 1917 et qui décide de repartir s’installer au pays sur l’appel de Staline en 1946. Bien entendu à l’époque, la propagande soviétique battait son plein et faisait tout pour faire croire à son modèle paradisiaque de société égalitaire.

C’est là qu’a été ma principale difficulté en lisant ce livre. Sachant pertinemment ce qui attendait cette malheureuse famille une fois de retour en Russie, je n’arrivais pas à prendre le recul nécessaire pour les comprendre et je ne pouvais pas m’empêcher de pester contre leur crédulité.

Oui mais voilà … n’aurais-je pas fait pareil à leur place ? N’aurais-je pas voulu revoir les paysages dans lesquels j’ai grandi ? Retrouver mes racines, les quelques membres de ma famille restés là-bas ?

 

Pour ma défense, il faut savoir que toute l’histoire est racontée par Marina qui, elle, a grandi en France, ne parle absolument pas le russe et ne connaît quasiment rien de sa culture d’origine. Aussi par l’emploi de la première personne pour la narration, le lecteur s’identifie obligatoirement à elle et adopte inconsciemment son point de vue. Et on ne peut donc que pester contre la naïve obstination des parents et le comportement de la mère qui, anéantie, se laisse complètement aller.

Quant à Marina elle-même, elle est le personnage typique de l’adolescente héroïne qu’on rencontre dans de nombreux romans, elle est intelligente et en plus, elle est forte au point qu’elle prend sa famille en charge à la place de sa mère.

Bref, en ce qui concerne les personnages, je n’ai pas réussi à les prendre en sympathie malgré ce qui leur arrive.

 

Ce qui m’a finalement le plus intéressée ce sont les descriptions de la vie quotidienne sous le régime stalinien : le froid, la faim, la lutte pour survivre, le fait de constamment se méfier des autres et de contrôler ses moindres paroles et ses actes, être confronté à un système qui se prétend égalitaire mais qui privilégie les membres du parti etc… La famille en est réduite aux pires extrêmes, se contenter d’eau chaude comme simple repas pendant des jours et des jours, aller mendier des croutons de pain rassis, se contenter de hérisson bouilli comme seule viande, ne pas pouvoir se laver pendant des mois. Le tableau brossé par l’auteur est vraiment abominable et pourtant la famille se bat et s’adapte. Elle s’adapte d’ailleurs tellement bien qu’elle finit par s’en sortir assez bien et j’ai trouvé ça assez étonnant voire décevant comme fin. Mais leur exemple montre bien que pour s’en sortir au mieux dans un tel système est d’y obéir aveuglément et de « respecter les règles du jeu ». Il ne faut cependant pas oublier que le cas de la famille de Marina est une exception et que la plupart des exilés rentrés n’ont pas survécu à leur première année sur le territoire russe.

En parallèle de tout ça, j’ai aussi trouvé que l’histoire d’amour perdu n’apportait pas grand chose à l’ensemble. C’est touchant certes mais pas assez fort encore pour susciter en moi quelque émotion. Surtout que face à la dureté des conditions de vie décrites, il est difficile de se laisser attendrir par une amourette.

 

Je ne voudrais pas décourager les personnes qui voudraient lire Pain amer et ça m’attriste de constater que de mon avis ressort plutôt un sentiment négatif. Je pense que je n’aurais pas du lire ce roman juste derrière Folie d’une femme séduite. Ce qui fait que je suis plutôt mitigée. J’aurais certainement plus apprécié ma lecture dans d’autres circonstances car ce roman est un bon roman par son sujet, par le style et par le réalisme historique. Donc j’aurais plutôt tendance à le conseiller. Dommage que, pour ma part, je n’ai pas accroché plus que ça.

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 15:35

peste-et-cholera.jpg4ème de couverture :

 

Parmi les jeunes chercheurs qui ont constitué la première équipe de l’Institut Pasteur créé en 1887, Alexandre Yersin aura mené la vie la plus mouvementée. Très vite il part en Asie, se fait marin, puis explorateur. Découvreur à Hong Kong, en 1894, du bacille de la peste, il s’installe en Indochine, à Nha Trang, loin du brouhaha des guerres, et multiplie les observations scientifiques, développe la culture de l’hévéa et de l’arbre à quinquina. Il meurt en 1943 pendant l’occupation japonaise.

Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, Patrick Deville a suivi les traces de Yersin autour du monde, et s’est nourri des correspondances et documents déposés aux archives des Instituts Pasteur.

 

 

Mon avis :

 

Une rentrée littéraire où sont parus plus de 600 nouveaux titres, pourtant cette année, très peu ont attiré mon attention. Parmi ceux-là, ce nouvel opus de Patrick Deville, auteur que je ne connaissais pas, rend hommage à un scientifique que la postérité a quelque peu oublié bien que sa contribution à la médecine fut, elle, inoubliable.

C’est donc en me plongeant dans Peste & Choléra que j’ai fait la connaissance de cet homme incroyable, ce touche-à-tout autodidacte à la personnalité bien trempée qu’était Alexandre Yersin.

 

Je dois bien avouer que j’ai été au départ très mitigée sur cette lecture. Le style m’a surprise et de façon assez désagréable : un style haché, des phrases sans verbes. Je m’attendais aussi à une biographie romancée classique avec du romanesque, des dialogues, des sentiments, de la vie quoi ! Mais au lieu de ça, j’avais un récit très factuel, dénué d’émotions. Patrick Deville ne laisse pas la place à l’imagination. Il s’en est tenu à ce qu’il savait de Yersin et n’a pas cherché à broder, à inventer des choses là où il n’y en a pas.

 

Passé quelques pages, ce style a fini par m’apprivoiser. Toute résistance s’est évanouie et je me suis laissée porter par les mots. J’ai trouvé certains passages d’une incroyable beauté. La description des paysages d’Asie m’ont fait rêver et Patrick Deville a réussi à me faire voyager en peu de mots là où d’autres auraient eu besoin de plusieurs pages.

J’ai eu la surprise aussi de rencontrer quelques lignes pleines d’humour encourageant l’imagination du lecteur à se créer des scènes d’un burlesque qui, pour ma part, m’ont fait éclater de rire.

 

Finalement, j’ai compris que l’écriture de Patrick Deville reflétait parfaitement bien le personnage d’Alexandre Yersin. Alexandre-Yersin.jpgPourquoi faire du romanesque et du sentimental alors que Yersin était un scientifique entièrement dévoué à son travail ignorant les choses du cœur et celles de l’Art ? Yersin ne fait pas dans le sentimentalisme, il ne se sent bien que dans son havre de paix sur la côte indochinoise, loin du monde, loin des gens et loin de « toute cette  saleté de la politique ».

 

J’ai appris énormément de choses grâce à cette lecture et pas uniquement sur son sujet principal. Car Patrick Deville fait revivre aussi toute une époque allant du Second Empire à la Seconde Guerre Mondiale. On en suit et remarque ainsi les bouleversements et l’évolution à travers la construction du récit qui fait alterner plusieurs périodes de la vie de Yersin. D’habitude, ce procédé a tendance à me perturber mais ce ne fut pas le cas cette fois car les chapitres sont courts et donnent du rythme. Le lecteur n’a pas le temps d’oublier ce qu’il a lu ni de se perdre.

 

J’ai donc fini par dévorer ce roman et je l’ai terminé fascinée par ce personnage qu’était Alexandre Yersin. Je suis choquée que le prix Nobel et l’Histoire l’aient ainsi oublié et c’est un bel hommage que lui rend Patrick Deville.

Basé sur la correspondance et les visites de l’auteur à travers le monde sur les traces de son personnage, Peste & Choléra n’est peut-être pas une biographie historique au sens « scientifique » du terme mais un récit qui sonne juste sans anachronismes ni autres écueils que l’on rencontre souvent dans les biographies romancées.

Cela m’encourage à me tourner vers les précédents romans de Patrick Deville ( il y a Equatoria qui me tente beaucoup sur Pierre Savorgnan de Brazza).

 

Un coup de cœur donc que je recommande chaudement !

 

Vous pouvez vous procurer ce livre sur  logo-priceminister que je remercie pour m'avoir permis l'acquisition de ce livre et je remercie également Oliver pour sa disponibilité.

 

 

challengehist

 

 

Cette lecture compte pour le challenge Histoire de Lynnae.

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:11

noir négoce4ème de couverture :

 

Bercé par les récits des voyages de Bougainville, Jean-Baptiste Clertant vit à dix-huit ans un rêve éveillé : diplômé de la prestigieuse Ecole d’hydrographie du Havre, il s’apprête à embarquer pour la Guadeloupe comme second lieutenant à bord de l’Orion.

La traversée, qu’il espère formatrice et riche d’expériences, va faire grandir le jeune homme au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer. Car le deux-mâts qui l’accueille est un navire négrier. Et obéir aux ordres devient vite un cauchemar lorsqu’il faut côtoyer l’horreur.

 

Mon avis :

 

Il y a des romans qui vous marquent à vie par leur sujet, leur style et les émotions qu’ils vous procurent. Noir négoce est de ceux-là et je ressors de ma lecture totalement bouleversée.

Le sujet est dur, épineux et prête à polémique : la traite négrière.

A travers les yeux de Jean-Baptiste, Olivier Merle vous fait vivre le quotidien à bord d’un navire négrier, de son départ de France jusqu’en Afrique où il se procure sa « cargaison » puis vers la Guadeloupe, lieu de vente des esclaves contre des marchandises diverses avant le retour en France.

 

En embarquant à bord de l’Orion, le jeune homme ignore totalement la nature réelle du commerce auquel il va participer contre son gré mais contre lequel il va aussi se révolter. Peu à peu, le voile se lève et Jean-Baptiste prend conscience de l’infamie qui se déroule sous ses yeux. Parmi l’équipage, il trouvera des alliés mais aussi de fervents défenseurs du système esclavagiste. Olivier Merle résume dans la bouche de ses personnages les principaux arguments utilisés par les défenseurs de la traite et de l’esclavage de l’époque mais exprime aussi le point de vue de ses opposants. Cette bataille d’arguments ne peut laisser le lecteur de marbre et l’amène fortement à réfléchir sur le sujet. La solide documentation sur laquelle s’est appuyé Olivier Merle pour l’écriture de son roman le rend extrêmement riche d’enseignements. Tout est détaillé et rien n’est oublié : le contexte géopolitique de l’époque avec la concurrence à laquelle se livraient les pays européens pour le marché des esclaves, les descriptions de la présence coloniale sur place qui, en fait, ne tenait qu’à de petits forts incapables de se défendre et qui passaient de main en main, les modalités des tractations commerciales et des négociations entre le capitaine négrier et les représentants locaux, bien entendu les détails liés au transport des esclaves à bord du navire, les détails de leur vente, et enfin l’analyse de la société guadeloupéenne de l’époque, le tout appuyé des extraits des réglementations en vigueur à l’époque ( Code Noir etc…).

 

Ecrit à la première personne du singulier, ce roman implique son lecteur et le prend à témoin. Et non seulement l’auteur a travaillé le côté historique de son intrigue avec une grande rigueur mais il régale également son lecteur par ses talents de conteur et sa plume magistrale de laquelle sort un texte écrit dans une langue fine et posée qui représente bien l’époque sans assommer le lecteur de termes de vieux français et de tournures de phrases alambiquées.

Les personnages sont attachants, je pense principalement à Bonicart, le canonnier plein d’humanité et philosophe qui m’a beaucoup touchée, mais aussi à Mbagnik, l’esclave affranchi dont Jean-Baptiste parviendra à capter l’amitié. J’ai eu en horreur le lieutenant Criquot esclavagiste convaincu, foncièrement mauvais et cruel. Et je laisse les autres personnages à votre découverte.

 

Bien sûr, le roman ne s’arrête pas à ce que je viens d’exposer, il y a une intrigue dont je ne dévoilerai rien si ce n’est qu’elle m’aura fait verser de chaudes larmes. Je ne dirai pas si ces larmes étaient de joie ou de tristesse. Et si je fais ma mystérieuse, ce n’est pas pour rien mais pour vous encourager à lire ce roman magnifique dont je m’étonne de ne pas trouver plus souvent la trace sur la blogosphère.

Un grand merci et toute mon admiration à Olivier Merle pour son grand talent et ce bonheur de lecture qui, à défaut du navire, aura fait chavirer mon cœur de lectrice.

 

les-traites.jpgNote :

A la suite de ce roman, j’ai voulu aller plus loin dans le sujet et j’ai entamé la lecture de l’ouvrage d’Olivier Pétré-Grenouilleau Les traites négrières, ouvrage qui a fait couler beaucoup d’encre par certaines de ses affirmations qui prêtent à polémique. En dehors des dites affirmations « litigieuses », je retrouve dans cet essai nombre d’informations techniques données dans le roman d’Olivier Merle qui a sans doute du l’utiliser lors de ses recherches. J’ai tenu à souligner ce fait pour montrer à quel point le roman d’Olivier Merle est d’une grande justesse historique et qu’on peut s’y plonger sans la crainte d’y trouver des contre-vérités (ce qui est ma hantise lorsque je lis un roman historique).

Il est vrai qu’Olivier Merle donne, en fin d’ouvrage, la liste des auteurs qu’il a abordés durant ses recherches. Néanmoins j’aurais apprécié qu’il précise également les titres des ouvrages qu’il a consultés, je sais que la liste est longue mais au moins les plus importants m’auraient été utiles.

 

 

Repost 0
Published by Aaliz - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :