Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 17:11

les-chutes.jpg4ème de couverture :

 

Au matin de sa nuit de noces, Ariah Littrell découvre que son époux s’est jeté dans les chutes du Niagara. Durant sept jours et sept nuits, elle erre au bord du gouffre, à la recherche de son destin brisé. Celle que l’on surnomme désormais « la Veuve blanche des Chutes » attire pourtant l’attention d’un brillant avocat. Une passion aussi improbable qu’absolue les entraîne, mais la malédiction rôde…

 

Mon avis :

 

C’était ma première rencontre avec Joyce Carol Oates et je suis sortie de ma lecture complètement charmée par son écriture.

Pourtant je partais avec de gros aprioris. J’ai toujours tendance à me méfier des auteurs prolifiques.

Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre, je craignais un peu le roman à l’eau de rose au vu de la 4ème de couverture mais pas du tout. J’ai été agréablement surprise et surtout conquise !

 

Les Chutes m’ont complètement transportée à une autre époque et dans un autre lieu. Pendant les deux jours qui m’ont été nécessaires pour le lire, j’étais là-bas à NiagaraFalls et j’ai vécu ces trois décennies avec Ariah et sa famille.

Les descriptions de Joyce Carol Oates sont si minutieuses, si détaillées qu’on est totalement happé et qu’on plonge sans retenue dans les Chutes.

Non seulement le décor et l’atmosphère sont brillamment travaillés mais également les personnages. J’ai rarement lu un roman qui approfondisse aussi bien la psychologie des protagonistes. J’avais presque l’impression de les avoir toujours connus, de faire partie de la famille.

Joyce Carol Oates nous fait entrer dans la tête de ses personnages, nous révèle toutes leurs pensées, leurs craintes, la fusion est parfois totale. L’auteur varie les points de vue, change de narrateur, on passe de la troisième à la première personne. On a vraiment la sensation de tout savoir, de pénétrer totalement leurs esprits.

 

Le personnage central du roman Ariah m’a, au début, beaucoup touchée. Le récit de la nuit de noces est absolument poignant. Joyce Carol Oates nous décrit cette nuit du point de vue d’Ariah puis de son mari. C’est dur, très dur, l’auteur ne nous épargne rien.

Par la suite, on apprend à la connaître de mieux en mieux et j’ai fini par la trouver franchement antipathique. J’ai souvent eu du mal à comprendre certaines de ses réactions.

Son deuxième mariage apporte également son lot de surprises et de moments durs. Ariah les aborde à sa façon mais reste pour moi un mystère. Essayer de comprendre Ariah, c’est comme d’essayer de nager une fois tombé dans les chutes. Elle est à leur image, indomptable, elle suit sa route et contourne les obstacles.

J’ai trouvé ses enfants beaucoup plus sympathiques.

 

A travers l’histoire de cette famille, Joyce Carol Oates nous raconte une partie de l’histoire des Etats-Unis, à une époque où la mafia, la corruption et les industriels sans scrupules avaient tout pouvoir. Elle nous brosse le portrait de la société américaine des années 50-60 et 70, les mentalités et les mœurs de l’époque. A plusieurs reprises, elle nous montre la lutte de certains contre les mentalités dominantes : Ariah et Dirk contre leurs familles respectives, Dirk et la population des quartiers pauvres contre l’élite de la ville …

La dimension dramatique de ce roman est très forte et se ressent énormément, certains passages sont marquants et bouleversent le lecteur.

 

Tout le roman est sous-tendu par un thème omniprésent mais sous différentes formes : la fuite, fuir une vie dont on ne veut pas. L’auteur en explore divers moyens : fuir tout simplement en partant, fuir en s’isolant du monde auquel on veut échapper, fuir en mettant fin à ses jours. Chaque personnage du roman est confronté à un moment ou à un autre à une de ces variantes. La fuite se répète donc et passé le fameux point de non-retour comme pour le fleuve, il n’y a plus d’échappatoire possible et il faut accepter son destin.

Beaucoup de questions sont soulevées dans ce roman, beaucoup de mystères subsistent.

 

C’est un grand roman très riche, très complet, très fin et j’enrage de ne pas savoir mieux exprimer mon enthousiasme car ce roman a été un vrai coup de cœur pour moi et je vous conseille de vous laisser, vous aussi, emporter et fasciner par les Chutes.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Echappee-litteraire 31/08/2012 21:52

Cet auteur m'intéresse aussi ! J'ai hâte de pouvoir emprunter ces livres à la rentrée :)

Aaliz 31/08/2012 22:26



Et je te le conseille fortement ! J'ai déjà repéré d'autres titres d'elle dont Blonde dont j'ai lu une chronique qui m'a vraiment donné envie et Délicieuses pourritures qui me
fait de l'oeil depuis quelques temps déjà. 


Sa bibliographie est bien garnie, de quoi trouver son bonheur !



de-pages-en-pages 30/08/2012 12:36

J'ai lu Petite soeur mon amour de l'auteur que j'avais beaucoup aimé (même si l'atmosphère est très pesante). Je tenterais peut etre celui la qui à l'air moins "lourd" un de ces jours :)

Aaliz 30/08/2012 18:22



Merci pour la référence, je la note ! 


J'ai bien envie de mieux connaître cet auteur et vu sa bibliographie il y a de quoi faire pendant un bon moment !


Mais sinon, oui tu as raison, dans Les Chutes, l'accent est mis plus sur les personnages que sur l'atmosphère. Tu peux donc y aller sans craintes je pense 



Présentation

  • : Cherry livres
  • Cherry livres
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes déceptions
  • Contact

LE BLOG DEMENAGE

LE BLOG DEMENAGE !

 

Vous pouvez dès à présent me retrouver à cette adresse :

 

http://cherrylivres.blogspot.com

 

 

 

Merci !

 

 


Recherche

Signalétique :

signaletique.jpg

Archives

Lectures en cours :

 

 

Avis à venir :

 

Darwin - Jean-Noël Mouret

Moi, Lucifer - Glen Duncan  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes challenges :

 

 

challenge afrique 

 

http://mesaddictions.files.wordpress.com/2011/05/cb.jpg

 

 

challenge-Victor-hugo

 

 

 

 

 

 

Retrouvez-moi sur :